The Classic Sullivans - Shame, Shame, Shame / We Can Make It

Uniquement les singles dont les titres sont hors album

Funky admins : Wonder B, funkiness, silverfox

Répondre
Avatar du membre
Revpop

The Classic Sullivans - Shame, Shame, Shame / We Can Make It

Message par Revpop » 02 juil. 2019 21:53

The Classic Sullivans - Shame, Shame, Shame / We Can Make It
(Master Key Records ‎MK-03, 1971)



Image

Image

Quand il était devant sa glace, Eddie Sullivan voyait Curtis Mayfield. Son sosie. Il souriait.
Il commença très jeune, à Chicago, comme chanteur principal dans des groupes comme Four Gents ou The Enchanters. Dans la deuxième moitié des années soixante, côtoyant quelques stars en herbe comme les Chi-lites, Albert dit "Eddie" eût ses petits moments de gloire en tant que compositeur pour jeunes filles évanescentes et douées pour chanter des amours d'adolescent. Il enchaînait sourires complices, lit dans un motel miteux pour finir dans le meilleur des cas dans un studio d'enregistrement. Tout en ayant une admiration sans borne pour les Impressions et plus particulièrement Curtis Mayfield qui s'exprimait par l'envie de sortir de ce studio devenu vite irrespirable, allumant une cigarette, relevant le rideau d'une main lâche, son regard éperdu à travers la vitre cinglée par la pluie, le cerveau en ébullition de petites symphonies pour ces voix divines, pendant que la jeune fille, elle, trébuchait, en jurant, sur les paroles de sa chanson.
Quand Curtis abandonna les Impressions pour embrasser une carrière solo, Eddie fut d'abord surpris, il n'aurait jamais accepté le divorce car il s'agissait pour lui de liens du sang, indéfectibles, puis fut catastrophé par l'écoute du premier album de son idole. Où étaient passées ces petites symphonies de deux minutes trente qui résumaient une vie, une idée en un claquement de doigt ?
Trop de longs morceaux, d'orchestrations grandiloquentes, alors Eddie se dit que le mythe vacillait sur ces propres pylônes, qu'il devait reprendre la barre pour le faire voguer dans des mers plus calmes et surtout plus ensoleillés. Il redevint chanteur en appuyant fortement le mimétisme de sa voix avec celle de Curtis, et au lieu des voix mâles des Impressions, il invita ses deux soeurs pour l'accompagner. Et créa donc les Classic Sullivans dont ce 45 tours fut le premier à sortir.
Eddie nous offrit ici deux bonbons aussi acidulés que poivrés, deux petites symphonies de poche comme savait si bien faire Curtis au temps des Impressions ! :drunk:

Shame, Shame, Shame :


We Can Make It :


Voici une longue interview d'Eddie ici



Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 98 extraterrestres