Earth, Wind & Fire - All 'N All

Boogie, Modern Soul, Disco Boogie, Disco Funk, Disco Soul…

Funky admins : funkiness, Wonder B, silverfox

Avatar du membre
Jean

Earth, Wind & Fire - All 'N All

Message par Jean »

Earth, Wind & Fire - All 'N All (Columbia JC 34905, 1977)
Image
Image
Titres

Face A
Serpentine Fire 3:51
Fantasy 4:38
In The Market Place (Interlude) 0:43
Jupiter 3:55
Love's Holiday 5:43
Brazilian Rhyme (Interlude) 1:20

Face B
I'll Write A Song For You 5:23
Magic Mind 3:39
Runnin' 6:45
Brazilian Rhyme (Interlude) 1:20
Be Ever Wonderful 5:08

Crédits

Maurice White : chant, batterie, kalimba
Philip Bailey : chant, congas, percussions
Verdine White : basse, chant
Fred White, Ralph Johnson : batterie
Al McKay, Johnny Graham : guitares
Larry Dunn : piano, synthétiseurs [Oberheim, Moog]
Donald Myrick : saxophones alto, ténor, baryton
Andrew Woolfolk : saxophone ténor
Louis Satterfield : trombone
Michael Harris : trompette

Arrangements : Tom Tom 84
Assistants de production : Larry Dunn, Verdine White
Production : Maurice White

Maurice White (R.I.P.) mérite bien un bel hommage.
Pas forcément le meilleur, mais sans doute un des albums les plus caractéristiques du groupe, période starification. Peut-être aussi celui sur lequel l'influence brésilienne est la plus marquée, avec "Brazilian Rhyme" et le fabuleux "Runnin'". Sans oublier les indémodables "Fantasy", "Love's Holiday" et "Serpentine Fire".

Vinyle d'époque indispensable, ne serait-ce que pour son magnifique poster géant qui a du décorer les toilettes que plusieurs générations de fans. :afro:
Image

Serpentine Fire



Fantasy



Fantasy (live)



Jupiter



Love's Holiday



Brazilian Rhyme



I'll Write a Song for You



Magic Mind



Running



Be Ever Wonderful


Avatar du membre
christian

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par christian »

Tout est bon dans cet album , surement leur plus complet !!

Je l'avais trouvé avec le poster que je connaissais pas, et il est superbe, il avait mis le paquet niveau pochette aussi. Bref un indispensable.
Avatar du membre
Revpop

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Revpop »

L'album de la consécration avec le suivant I Am. Je le trouve quelque peu inégal, un peu mou en son milieu, mais quel démarrage et quel final ! Des pépites à foison comme "Serpentine Fire" ," Fantasy", "Jupiter", "Be Ever Wonderful", "Brazilian Rhyme" et l'inégalable "Runnin'", fête des lumières et des sons, paradisiaque ! :drunk:

Brazilian Rhyme (Extended Version) :


Le sublime, en moins d'une minute, Ponta De Areia (Brazilian Rhyme) (Interlude), une chanson de Milton Nascimento, dieu de la musique brésilienne (que l'on retrouve en 1975 sur le fabuleux Native Dancer de Wayne Shorter) :
Avatar du membre
Getfunkyfresh

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Getfunkyfresh »

Produced by Maurice White. Indispensable, un classique, une pièce maîtresse. Le meilleur disque de ma collection (celui qui a mieux me fait un signe de la main ) un pur album rien à jeter.
Ambiance ultra Pee groove funk 70's. Avec les tubes "Fantasy" (j'ai vu Jean que tu as rajouté une version longue qui tourne sur le web mais que je connaissais pas), "Runnin'" une vraie tuerie (déjà dans une ambiance brésilienne). Le plus grand groupe du monde à son sommet... du très très lourd !!! Big bisous Lolo EWF :love1:
Avatar du membre
FredW

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par FredW »

On dit que 1976 fut un des meilleurs millésimes du bordelais le siècle dernier.
L'année suivante a été bienveillante avec la musique, et les monuments, et justement c'est d'une pyramide dont il s'agit. Pas celle du Mothership, qui déboula l'année précédente en retournant tout. Meme symbole, autre image, celle de la spiritualité et de la perfection, de la dernière pierre au sommet de l'édifice.

Image

Comme Aja, cette perfection s'obtient sur un lourd travail de production qui a ses détracteurs, sans doute obtenu au détriment du groove et délires de musiciens d'exception, avec des arrangements d' Eumir Deodato et de Tom tom 84 sur les cordes et le vent pour une formation de 45 symphonistes en appui aux 9 membres du band.
Résultat, 8 pistes sur seulement 39 minutes, avec deux soli seulement.

On peut en somme mettre en opposition ces deux grosses formations à pyramide et costumes à cette époque d'apogée; la nébuleuse clintonnienne qui lâche la bride à ses musiciens de génie, qui sont avant tout des bêtes sur scène interchangeables à souhait lors de de jam sans fin, contre les 3 frangins White, bien moins hippie que formés aux rigueurs du jazz, plus franchement studio que concert, où ils paraissent bien plus étriqués sur scène.

Son inspiration, la petite histoire raconte le voyage de Maurice en Argentine et au Brésil; plus certainement, la présence aux peaux de Paulhino Da Costa (matez moi ses crédits pour rigoler :mrgreen: ) appuyé par Eddie Delbarrio, et les Brazilian Rhyme de Milton Nascimiento donnent cette couleur samba à ce disque majeur.

Coté illustration, le groupe fait appel pour la première fois au génie de l'aérographe Shusei Nagaoka, dont on a déja parlé ici, et qui sera reconduit pour les deux albums suivants - j'allais dire les derniers bons albums, bien moins homogènes et plus ouverts aux modes du moment. Presque du All 'n all réchauffé deux fois, avec un hit en bonus dans chaque.

Image

Coté son, cette meme année, Maurice produit un autre platine Best of my Love des Emotions (sur l'album Rejoice, les filles rejoignant deux ans plus tard EWF pour Boogie Wonderland), qui, 32 ans plus tard, est toujours bien plus efficace qu'un Dyson du XXI siècle pour dépoussiérer un dancefloor.

Pourtant, All 'n all n'est en rien un disque de danse. 3 merveilles de groove démarrent ce triple platine à 3 singles, qui se poursuit avec des ballades somptueuses entrecoupées d'interludes enchanteurs.
Rien à jeter dans un album parfaitement trop court.
The album won a Grammy for Best R&B Vocal Performance By A Duo, Group Or Chorus and "Runnin'" also won a Grammy Award for Best R&B Instrumental in 1978. All 'N All was also nominated for an American Music Award for Favorite Album- Soul/Rhythm & Blues
Image

Et c'est pas du tiède.
Serpentine fire ouvre somptueusement ce chef d'oeuvre avec ses cuivres majestueux qui collent si bien au décor des quatre pharaons de la couverture. Un équilibre parfait avec la plus soufflante des formations de cuivres portée par cette pauvre terre, les Phoenix Horns, des voix de Maurice et de Philip qui se complètent par magie, et les guitares de Al McKay et de Johnny Graham, la basse si juste de Verdine avec ses slaps judicieusement placés, et les métronomes que sont Maurice et Fred White aux fûts...

Fantasy dont l'intro laisse croire que le calme va revenir, mais les violons ont tot fait de vous emmener dans une ivresse sans disco, un tube hors du temps, un bonheur inusable où tout est possible:
All your dreams will come true miles awaaaaay. A chaque fois je me fais croquer. J'y crois toujours d'ailleurs.

Jupiter Pas de pub mensongère. C'est du lourd, la plus grosse planète ou le dieu des dieux, ce que vous voulez, mais avec la cover de Got to Get you into My life qui sortira l'année suivante, vous tenez avec ces trois morceaux une quintessence de musique et de spiritualité qui marquent une existence. Le tour est joué? Pas si vite...

Love's holiday La partie rythmée de l'album laisse place à la sérénité et l'élégance de coeur. Quelle classe cette guitare sur fond symphonique, quelle mélodie ce chant de White et Bailey qui résonne encore après la fin du morceau. Love has a holiday in my heart tonight. L'envie de jamais cesser de claquer les doigts pour rester dedans...

Brazilian Rhyme 1 (originellement Beijo) vous met dehors tout de suite. Inutile de résister à Monsieur Bailey qui va vous frustrer: Cet interlude magique est ce que le frustrant Chic Cheer est à Chic. Trop court. Et pourtant.

I'll write a song for you, ca commence un peu gnan gnan, on peut croire que le soufflé magique va retomber... Bailey le perfide vous endort dans sa toile mielleuse pour vous embobiner avec Verdine qui ramene sa basse, et le malfrat vous emmene à 3'14" dans une spirale de vocalises toujours plus haut... We have a magic box. Epuisant. Une des plus belles performances de Bailey.

Magic mind remet du groove. Rien que pour la gratte de McKay contre la basse de Verdine je l'aime ce truc. Une vraie montagne russe, du bon en haut, du bon en bas...

Runnin' est enfin un interlude qui a la durée pour se développer. A une époque ou beaucoup de jazz-rock s'éternise sur des morceaux trop longs, ces 5'40 sont un condensé de savoir faire, la seule partie du disque où les musiciens peuvent se défouler... mais le run se termine sur une maquette de Serpentine fire, la batterie piaffe d'impatience pour repartir, It's all right, it's allright estime Maurice... et le groove repart pour s'évaporer sur une flute chinoise (Brazilian Rhyme 2, originellement Ponta de Areia) qui annonce le final...

Be ever wonderful
Le titre deAll 'n all qui vous dit au revoir, vous demande de garder un bout de sa lumière, et de rester vous-meme. Stay as you are.

Image

Le disque que j'ai sans doute le plus écouté.
Celui qui me fait chaque fois voyager ou prier... Dur de retoucher terre quand on sort cette merveille.
Avatar du membre
bluesy

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par bluesy »

Magnifique FredW. :yeahhh: {resp@ct#

Ton texte m'a donné envie de découvrir cet album, je ne connais que "Fantasy" (A2) :drunk: (une perle) de cet opus.
En tout cas, "Serpentine Fire" (A1) :weeeehhh: déchire de ce groove dont je suis addict (et le clip met en joie - couleurs merveilleuses - comme le Funk qui en émerge).
"Jupiter" (A3b) :weeeehhh: accroche assurée via la rythmique et cette brassée de cuivres sans oublier le chant pour magnifier le tout.
Zut alors, ce morceau est connu mais je ne savais pas qu'il se nommait "Brazilian Rhyme". :sword:

"Magic Mind" (B2) : me fait moins frissonner que "Serpentine Fire" et "Jupiter" mais basse ultra ronde et présente, le Funk est bien prononcé.
"Be Ever Wonderful" (B4) :drunk: : très beau slow porté par la magie des voix. :love1:
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)
Avatar du membre
Revpop

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Revpop »

FredW, je ne te connaissais pas comme cela, ta plume ici n'est plus volatile comme souvent sont les jeux de mots, mais lyrique et puissante, écrivant les émotions, sculptant les sensations qui resteront dans nos mémoires, ineffaçables, tels des Hiéroglyphes gravés sur la Pyramide des EWF! {resp@ct# {resp@ct#
Avatar du membre
Wonder B

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Wonder B »

bluesy a écrit :Magnifique FredW. :yeahhh: {resp@ct#

Ton texte m'a donné envie de découvrir cet album, je ne connais que "Fantasy" (A2) :drunk: (une perle) de cet opus.
:shock: :shock: :shock: :shock: Ah vraiment Bluesy je suis étonné que tu ne découvres cette merveille qu'en 2016 toi qui a une culture musicale impressionnante!!!
Mais ce n'est pas du tout une critique, juste un étonnement personnel et surtout je suis ravi que tu découvres ceci maintenant.
Ça prouve qu'on peut se prendre des claques avec des classiques près de 40 ans après leur sortie ce qui est un témoignage de la qualité de ce qu'on faisait à l'époque...
Sworn to fun
Loyal to none
Avatar du membre
bluesy

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par bluesy »

Wonder B a écrit : :shock: :shock: :shock: :shock: Ah vraiment Bluesy je suis étonné que tu ne découvres cette merveille qu'en 2016
J'ai par le passé associé ce groupe au Jazz et bien sûr aux titres diffusés sur les ondes, bonne énergie mais peut attendre.

Achat de That's The Way Of The World: Alive In '75 suite à une présentation de l'album et mon grand étonnement sur l'univers Funk dynamique du band, donc première claque ; et dans le même élan Open Our Eyes (Columbia, 1974) a fait partie des acquisitions.
Quelques années plus tard, Spirit, le pressage japonais, sur les conseils d'Horace et Illumination (Sanctuary Records, 2004) car bradé dans un espace culturel d'une grande surface.

Mon coup de cœur absolu a été et est pour l'album éponyme de 1971 présenté par Devantf, et là c'est direct le coup de point dans l'oreille interne après ce sujet mémorable. Je l'ai fait tourner mais tourner, et "Fan The Fire" :love1: :afro: :love1: est plus qu'une perle, c'est un titre central, mémorable, inaltérable et infiniment merveilleux. :)

The Need Of Love (Warner Bros. Records, 1971) à faire rentrer cette année car "Everything Is Everything" :love1: :love1: :afro: rejoint la galaxie rythmique du grandiose "Fan The Fire" sans parler de cette intro d'orgue church à donner des frissons et prépare à la mise en état de transe quand le groove déboule et là on tape du pied en faisant des incantations, la slave cuivresque déboule et des sensations le long de la colonne vertébrale, PFFFFFFF magique, mais magique! Autre joie, concernant cet opus "Energy" avec ce démarrage à l'esprit, je trouve Afrobeat, avec le sax (que j'aime le son de cet instrument) et ce départ très retour aux sources à un peu plus de la moitié du titre, c'est ça que j'aime, tu fermes les yeux et ton corps est pris par ce son, le buste s'exprime... Je n'ai pas les mots mais le ressenti, rien de technique juste du feeling.
Merde rien que de parler de ces deux titres ça va me faire craquer.
:monster:


Bravo et merci à Jean {resp@ct# pour tous ces sujets postés sur le band c'est une façon d'éveiller la curiosité des lecteurs, peut être que cela manque en ce moment, on s'endort sur ses bases Funk, ses préjugés / aprioris (enfin je parle de moi). Disons que je creuse mais dans mes fondamentaux, c'est-à-dire tabassage des corps par la vibe Funk à s'essouffler ou encore bassins exaltés, tellurisme groovesque, chant enveloppant aux tonalités chaudes et coffres possédant une certaine capacité, une recherche de la vibration funkisante. :D
Ce que je veux dire, c'est que les sujets créés m'amènent à écouter les sons, même lorsque je ne commente pas, si je ne loupe pas un lien, je fais tourner le lien vidéo.

OUPS! que de blabla. :lol: :ooops: :mrgreen:


EDIT
Last Days And Time (Columbia, 1972) avec "Power" déboite pas mal avec cette gratte criarde :love1: (eh oui hier près de 5h de Blues live dans les tympans, je suis une inconditionnelle qd les cordes fusent).
Je creuse, je creuse. :study: :arrow: :boxing:
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)
Avatar du membre
Revpop

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Revpop »

Superbe réponse Bluesy et merci encore à Jean de m'avoir fait également replonger dans l'univers des EWF !
En te lisant Bluesy, je me suis rendu compte qu'il nous manquait les chroniques sur les albums suivants : The Need of Love (1971), Last Days and Time (1972), Head to the Sky (1973) et Open Our Eyes (1974) !
Alors à vos belles plumes ! ;) :study:
Avatar du membre
Jean

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Jean »

Quel lyrisme Fred, tu m'a donné la chair de poule :drunk:

Ok Bluesy je comprends mieux pourquoi tu pensais que That's the Way of the World était un live... je ne connaissais pas cet autre live de 75, et bien sur, ça n'existe qu'en CD :killyou: :old:
Revpop a écrit : je me suis rendu compte qu'il nous manquait les chroniques sur les albums suivants : The Need of Love (1971), Last Days and Time (1972), Head to the Sky (1973) et Open Our Eyes (1974) !
Alors à vos belles plumes ! ;) :study:

Oui il me semble qu'il n'y avait que deux ou trois albums d'EWF chroniqués jusqu'à la disparition de Maurice W. Je pense que je vais quand même commencer par I am (1979) :D
Avatar du membre
Revpop

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par Revpop »

Mon message s'adressait plutôt à Bluesy ! ;)
Avatar du membre
bluesy

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par bluesy »

Jean a écrit :Ok Bluesy je comprends mieux pourquoi tu pensais que That's the Way of the World était un live... je ne connaissais pas cet autre live de 75, et bien sur, ça n'existe qu'en CD :killyou: :old:
Je comprends mieux tes précisions, en effet, mes remarques concernaient le cd de 2002 et je n'avais pas fait attention à la similitude du titre entre l'album de 1975 présenté par Foxy et le cd de 2002.
Le cd de 2002 est un bon moyen pour débuter avec le son du band : cela m'a mis le pied à l'étrier de leur groove.
Revpop a écrit :Mon message s'adressait plutôt à Bluesy ! ;)
Ah! bon! Je pensais que tu t'adressais à Jean, vu qu'il a fait un boulot du tonnerre en peu de jours. {resp@ct#
Je n'ai pas pu résister, portée par l'élan des sujets déjà créés, Open Our Eyes (1974) est maintenant sur le forum.
Concernant les autres opus, je ne les ai pas et n'en connais pas - encore - tout le contenu musical. Je laisse la place aux connaisseurs. :)
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)
Avatar du membre
FredW

Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par FredW »

J'ai appris pas mal d'anecdotes sur cet album dans une interview de Larry Dunn à l'occasion des 35 ans de All'n All

C'est ici : http://www.theatlantic.com/entertainmen ... ll/265323/
Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Re: Earth, Wind & Fire ‎– All 'N All

Message par funkiness »

Fred, tu as été touché par la grâce ! EWF t'inspire et ce n'est pas pour m'étonner !
Merci Jean pour le sujet, cet album est monumental, il enfile les perles !
"Magic Mind" est pour moi un de ces titres qui définissent le funk. Vraiment renversant.
funkiness brings you funk and happiness
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 16 extraterrestres