The Dramatics - A Dramatic Experience

Funk, Soul, Deep Funk, Deep Soul, Soul Funk…

Funky admins : Wonder B, funkiness, silverfox

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 18 sept. 2011 23:23

LE PORTRAIT SOUL DE DORIAN GRAY : PART II

The Dramatics - A Dramatic Experience (Volt ‎VOS-6019, 1973)

Image
Image
Titres

A1 The Devil Is Dope 5:23
A2 You Could Become The Very Heart Of Me 2:43
A3 Now You Got Me Loving You 4:20
A4 Fell For You 3:23

B1 Jim, What's Wrong With Him? 4:47
B2 Hey You! Get Off My Mountain 3:29
B3 Beautiful People 3:45
B4 Beware Of The Man (With The Candy In His Hand) 2:57

Arrangements : John Allen, Paul Riser, Tony Hester
Production : Tony Hester


Résumé des épisodes précédents ( Acte 1 = "Whatcha See Is Whatcha Get" ou la Gloire.):

Le jeune Tony Hester signe un pacte avec le Diable et signe un chef d'oeuvre avec les Dramatics.

Acte II = "A Drama Experience" : la Chute (en 5 scènes)

Acte II - Scène 1 - "Y a un problème ..." affirma Don Davis, et néanmoins confiant.

"... Tony, you see, there have been some legal problems...". Il faut savoir que tout l'album était dédié aux problèmes de drogues de Tony et qu'il devait s'appeler "The Devil Is Dope", Don proposa alors à Tony de changer de nom en "A Dramatic Experience". Tony acquiesça, son sourire d'ange laissait présager pour Don une issue favorable à tous les changements qu'il comptait faire. Tony sortit de sa poche un morceau de papier qu'il déplia pour faire apparaitre un masque de Lucifer sorti des Enfers, l'image la plus hideuse, la plus repoussante qu'il nous ait été donné de voir.
"Voici la pochette : c'est çà ou rien, Don". Celui-ci ravala sa salive et céda.
De son coté Don sortit son mouchoir, épongea son front, et demanda à Tony de changer le texte de "Toast To The Fool", de l'adoucir plus exactement sinon il serait dans l'obligation de l'exclure de l'album "un si joli titre, ce serait dommage". Tony envoya en direction de Don un niet radical, il lui rétorqua que c'était impossible, c'était sa façon de faire, que tout partait de l'écriture des textes puis venait petit à petit la mélodie, les harmonies, et enfin les arrangements ... Changer un mot et c'était la fin de "Toast To The Fool". Devant ce refus, ce titre fut exclu de cet album (pour ré-apparaitre - par miracle - sur le suivant).

Acte II - Scène 2 - "J'ai un deuxième problème ..." concéda Don Davis, nerveux.

"... Wee Gee a soudain le melon, il veut partir...".
Un soir de défonce, Tony invita Wee Gee chez lui, et tout en sniffant chacun leur rail de coke, il lui expliqua son désir de le mettre en avant de la scène, lui promettant qu'il deviendrait le véritable leader du groupe "... avec la voix que tu possèdes .. Imagine toi sur l'affiche William Howard ou Wee Gee & the Dramatics ...". Wee Gee, tout d'abord, refusa poliment, puis ricana quand la ligne de coke s'infusa brutalement dans son organisme pour inscrire de façon indélébile la marque de cette affiche dans son cerveau. Et à partir de ce jour là, Wee Gee ne participa aux concerts des Dramatics que d'une manière sporadique, selon son humeur. Quand il apprit que sur "Hey You! Get Off My Mountain!" Ron B. en était le lead vocal, il partit, en claquant la porte du studio, définitivement. Il fut remplacé par un certain LJ Reynolds.

Acte II - Scène 3 - "J'ai un putain de troisième problème ..." s'écria Don Davis, furieux.

"... Ce trou du cul de Wee Gee veut garder le nom des Dramatics pour lui tout seul, et en plus il nous pique le vieux Elbert Wilkins"
Lors d'une séance de spiritisme, l'âme défunte de Tony offrit une autre version à cette histoire :
"c'est à cause du Spath d'Islande et son pouvoir de bilocation".
[Le Spath d'Islande est une calcite très pure qui permet à la lumière de se dédoubler, aux images de se dédoubler ce qui conduit à percevoir à partir d'une présence unique deux trajectoires qui bifurquent dans le temps, d'où le don d'ubiquité que l'on peut associer à ce phénomène]
Ce caillou fut apporté, en pleine nuit, par son dealer mexicain à un Tony en manque, agité et tremblant de tout son être, qui posa tout de suite la question de "comment ça se fume ce truc ...". Quelle ne fut pas sa déception quand le dealer bafouilla que Tony se trompait et que cette pierre possédait d'autres pouvoirs que de se trouer la tête. "Ok, ok, appelle moi Wee Gee , mec, je viens d'avoir une idée géniale ...".
C'est comme cela que l'on put voir au même moment, la même scène de "In The Rain" l'une à Las Vegas, l'autre à l'Apollo, dans un même brouillard de sons et de lumières. Seul un détective privé aurait pu remarquer quelques petites différences entre ces deux scènes identiques : dans le gris cendré du concert que bleuit le halo lumineux, le chanteur était dans un cas (Wee Gee Howard) grand et élancé alors que dans l'autre (L J Reynolds) petit et ramassé.

Acte II - Scène 4 - "Un dernier problème ..." soupira Don Davis, effondré.

"I think the album (A Dramatic Experience) was his cry for help...". Malgré cela Don décida de faire une croix sur le futur de Tony. Trop de drogues, trop d'absences : il devait reprendre les rênes et se mobiliser à 100% pour que les Dramatics ne subissent pas le même sort. Cependant Don aimait beaucoup Tony, comprenait sa folie mise jusque là au profit de sa création : "You have to understand, Tony was a wonderful, loving, sensitive person, who was not cut out to be a drug addict, and we all loved him".
Don laissa Tony offrir aux Dramatics de nouveaux morceaux jusqu'à sa mort. Dans les quelques lueurs de conscience qui illuminaient sa nuit, Tony arrivait encore à sculpter des pépites mises en orbite en dehors du cercle de son groupe fétiche, comme ici ou .
Affalé, dans sa chambre de bonne, perchée sur un Gormenghast mythique, le lit défait et tourneboulé par les histoires passées, au milieu d'un paysage après la bataille jonché de canettes et de seringues, les gouttes de pluie flirtant sur son visage dans la pénombre d'un soir - les fenêtres grand ouvertes au monde - Tony voyageait dans le temps et dans l'espace...
Les images de "In The Rain" tournoyaient telles des vautours de plaisir, pleuvaient littéralement dans son psyché malade, se démultipliaient à l'infini et au même instant dans toutes les capitales de l'univers : un unique et sidérant "In The Rain" chanté en choeur par tous ces épigones qu'il avait su libérer grâce aux drogues et à ce petit bout de calcite.

Acte II - Scène 5 - "Laissez moi vous faire écouter ce chef d'oeuvre..." s'exclama Ron Davis, radieux.

"The Devil Is Dope" : le crépitement du bûcher des sorcières de la dope, le ricanement hirsute du diable, une des introductions les plus angoissantes connues de la Soul.
Tony fait très fort et continue très fort sur un rythme funky et lourd où il met en valeur toute la palette vocale du groupe, de la basse d'Elbert W. au falsetto de Ron B. en passant par la voix de Wee Gee qui râpe, déraille comme celle de David Ruffin afin d'exprimer ce que lutter contre la dope veut dire, au plus près des tripes. Le résultat de cette lutte, sans fin ?, ne sera divulgué qu'au terme de l'album semble suggérer ce final gorgé de cuivres rugissants et de cordes annonciatrices.
"You Could Become The Very Heart Of Me" : simple intermède rafraichissant et entraînant avant le plat de résistance.
"Now You Got Me Loving You" : mid tempo royal, les cordes se dévoilant au fur et à mesure, les guitares tranchantes, gardiennes du temple, avant que le falsetto de Ron B. se façonne en cri.
"Fell For You" : le piano Pleyel, noeud papillon, les cordes dans la fosse d'orchestre, les choeurs veloutés et la voix de LJ Reynolds qui butine la mélodie : summum d' Harmony Soul.
"Jim, What's Wrong With Him?" : la dope dope le rythme, funky en diable, les cuivres en fusion, les violons ronronnent derrière, et tout à coup l'explosion d'un refrain grandeur Chantilly qui te shoote littéralement et toi à la renverse, la descente difficile, dégringole sur un groove qui n'en finit pas.
"Hey You! Get My Mountain" : sur un fond Philly, duel formidable entre 2 voix, celle de Wee Gee, grave et tragique, et le falsetto de Ron, fragile et têtu, au final les violons libérant les amarres ...
"Beautiful People" : les harmonies s'harmonisent entre elles sous le regard les violons qui grondent, le falsetto de Ron sucre la mélodie prise dans un glacis de choeurs et de cordes ...
"Beware Of The Man ...": l'attente, la tension, l'orage n'est pas loin : le thème est mélodramatique, la voix proche du cri; l'addiction à la dope serait elle vaincue ?

Tony voulut finir sur une note positive tant "the album (A Dramatic Experience) was his cry for help...", lui qui savait qu'au jeu du vainqueur et du vaincu, il avait chopé dès le départ le rôle du vaincu ...

Note: 5 stars / 6


The Devil Is Dope :



You Could Become The Very Heart Of Me :



Now You Got Me Loving You :



Fell For You



Jim, What's Wrong With Him?



Hey You! Get Off My Mountain



Beautiful People


Beware Of The Man (With The Candy In His Hand) :


Beware Of The Man (With The Candy In His Hand) - Extrait Live
Modifié en dernier par Revpop le 10 mai 2013 16:36, modifié 6 fois.



Avatar du membre
funkiness
Site Admin

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par funkiness » 18 sept. 2011 23:58

Album aussi sombre que lyrique, raconté de plume de maître :cool:

Ah ces cordes sur "The devil is dope" ! :drunk:
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
in the jungle groove

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par in the jungle groove » 20 sept. 2011 19:27

Chronique à la hauteur de la qualité de l'album (quoique la chronique mérite plus qu'un 5/6!!!! :cool: ). Merci un régal à lire, je ne sais pas où tu déniches tout ça! Certainement de ton cerveau symphonique saupoudré d'infos glanées sur le net... :afro:

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 20 sept. 2011 22:51

Si tu savais ITJG y a 15 jours je connaissais à peine le nom de Tony Hester et je pensais que lui et Tony Hestor étaient deux personnes différentes par exemple.
Par contre ce que je savais depuis que j'ai eu la chance d'écouter les Dramatics la première fois, c'est que les 2 premiers albums avaient vraiment quelque chose de particulier, une intensité unique, un coté baroque (j'adore) que l'on ne retrouvera plus dans les albums suivants. Mais pourquoi ? pourquoi ? Et çà c'est le début de l'histoire : qu'est ce qu'il s'est passé sur ces 2 albums pour qu'ils soient aussi uniques ? Et là, il y a quinze jours, par des recherches sur le net, l'image de Tony, plus exactement son beau visage, est apparu dans mon collimateur, sa fin brutale, son addiction pour la dope, son entourage qui le considérait comme un génie, le fait qu'il n'existe finalement que très peu de traces de son passé, une photo unique ...
Et là j'ai tout compris, le puzzle s'est mis en place et tout tenait, tout devenait logique... et l'histoire m'a devancé et je ne fus que son simple scribe (avec toujours un wagon de retard par ailleurs... :) )

NB : le (fameux) Spath d'Islande s'inspire du roman de Thomas Pynchon : Contre jour (1200 pages de bonheur absolu !)

Avatar du membre
Jean

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Jean » 21 sept. 2011 09:43

Merci une fois encore pour cette superbe chronique d'un superbe album :afro: !
Revpop a écrit :les 2 premiers albums avaient vraiment quelque chose de particulier, une intensité unique, un coté baroque (j'adore) que l'on ne retrouvera plus dans les albums suivants.
Moi je pense que c'est justement la force des grands groupes de ne pas se répéter, d'incorporer l'air du temps afin de traverser les années. S'ils avaient essayé de dupliquer "Whatcha See..." ou "Devil Is Dope" sur une douzaine d'albums ça aurait fini par être lassant. Chez les très grands comme les Temptations, EWF, K& TG, War, Impressions... on peut compter au minimum 3 ou 4 périodes.
Je l'ai déjà dit mais je trouve pratiquement tous les albums des Dramatics (que je situe un poil en dessous, c'est à dire dans les grands plutôt que dans les très grands) intéressants et de qualité jusqu'en 82 (en dehors de l'album avec les Dells, dont le casting est alléchant mais le résultat décevant), ça fait un belle douzaine d'album et une discographie riche.

Le contre exemple c'est Bohannon, qui a répété le même titre sur une dizaine d'albums, ce qui fait que tu as du mal à en écouter plus de deux à la suite... :lol:

Avatar du membre
Phil

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Phil » 21 sept. 2011 10:40

Revpop a écrit :Si tu savais ITJG y a 15 jours je connaissais à peine le nom de Tony Hester
Etonnant !!! C'est bien que tu aies fait des recherches qui ont donné ces beaux articles. :cool: ;)
It's what's in the grooves that count

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 21 sept. 2011 21:07

A la demande (implicite) de ITJG et Jean, j'ai ré-écouté, après bien des années, le Dramatically Yours (3ème album) et mes impressions n'ont pas changé : je trouve que cet album possède une beauté lisse, légèrement aseptisante, les voix sont parfaites, les motifs ornementaux bien choisis, mais (car il y a un mais) je ne retrouve plus la fougue, l'imprévu, le grandiose des 2 premiers. The Dramatics sont devenus un bon groupe d'Harmony Soul comme il y en avait foule à cette époque ( deux noms me viennent à l'esprit pour cette catégorie : les Manhattans et les Spinners ...).
D'un coté ce n'est pas parce que ma marque de fabrique (dans ce forum) se trouve être la Soul Symphonique ( :D ) que je dois apprécier tous les disques d'Harmony Soul loin s'en faut.
Tout n'est pas du même niveau que les Montclairs , les Ace Spectrum ou les Continental IV pour ne citer que quelques méconnus du genre !
Car derrière l'apparence d'une confiserie luxuriante, ça doit aussi cisailler le coeur !

D'un autre coté, soyons humble, il faut que les gens qui accèdent à ce forum aient aussi la possibilité de suivre et de connaitre le reste de la discographie des Dramatics : ils le méritent.
Dont acte je laisse la parole à Jean et à ITJG qui vont surement nous narrer leurs exploits postérieurs... :study:

Avatar du membre
in the jungle groove

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par in the jungle groove » 22 sept. 2011 18:59

Je suis d'accord avec toi sur le niveau des albums, Dramatically Yours n'a pas ce supplément d'âme mais je pensais que tu allais faire ce qui pour moi est une trilogie, car malgré tout, Dramatically Yours est un bon album, dans la continuité. Après, à mes oreilles, il y a une cassure.

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 22 sept. 2011 20:12

J'ai fait plus court que toi ITJG, je me lasse peut être plus vite des choses, j'ai vu non pas une trilogie mais un diptyque; après la prod de Tony Hester c'est la cassure ... :)

Avatar du membre
bluesy

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par bluesy » 23 sept. 2011 01:03

Superbe chronique RevPop : te lire c'est comme ouvrir un livre et se laisser porter par son auteur, tout en se demandant si les images, ressentis seront aussi forts / proches de ta description.
J'écouterai demain. :cool:
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 23 sept. 2011 06:24

Merci Bluesy. Les mots ne sont rien face aux notes. :old:
Un petit conseil d'ami : commence ce diptyque par le début :?

Avatar du membre
Jean

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Jean » 23 sept. 2011 12:43

vous êtes des intégristes :lol: :lol: ;)

tiens pour la peine, un bonne salve de guimauve :mrgreen:





Avatar du membre
Wonder B

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Wonder B » 23 sept. 2011 15:41

Arrête Jean je suis en train de développer des caries! :lol:
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Jean

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Jean » 23 sept. 2011 20:44

pour moi, le second titre pourrait aisément figurer sur album de Leon Ware, voire Marvin... :drunk:

Avatar du membre
Revpop

The Dramatics - A Dramatic Experience

Message par Revpop » 23 sept. 2011 20:45

Jean tu es notre apôtre ! :drunk:
"Treat me like a man" est un immense morceau qui déchire, qui expurge de ton corps toute la guimauve empiffrée jusque là :love1:
Le reste de Drama V est du même tonneau ?

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Dramatics - Your Love Was Strange / Since I've Been In Love
    par Revpop » 21 janv. 2017 23:32 » dans Magic 45s
    1 Réponses
    1308 Vues
    Dernier message par bluesy
    27 janv. 2017 23:10
  • Afrofunk Experience – Never Be The Same
    par kata » 10 août 2016 02:53 » dans The Revival 90’s/2000’s
    4 Réponses
    2346 Vues
    Dernier message par kata
    30 sept. 2016 00:48
  • Various - New Orleans Funk Experience
    par bluesy » 26 août 2014 10:11 » dans The Roots 60's/70's
    0 Réponses
    2851 Vues
    Dernier message par bluesy
    26 août 2014 10:11
  • Various - Scandinavian Funk Experience
    par hermes » 26 mai 2013 11:20 » dans Divers
    2 Réponses
    3927 Vues
    Dernier message par hermes
    26 mai 2013 11:53
  • Sounds Of The City Experience - S/T
    par bluesy » 05 déc. 2013 22:08 » dans The Roots 60's/70's
    23 Réponses
    4149 Vues
    Dernier message par in the jungle groove
    29 déc. 2013 09:31

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 39 extraterrestres