Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Jazz Funk, Soul Jazz, Big Bands, Latin Jazz…

Funky admins : Wonder B, funkiness, silverfox

Avatar du membre
Revpop

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Revpop » 08 déc. 2011 00:09

LE DERNIER ESCARPIN DORE DE LA "LITTLE" CENDRILLON SOUL

Bobbi Humphrey ‎– Fancy Dancer (Blue Note ‎BN-LA550-G, 1975)

Image

Image

Titres

A1 Uno Esta 6:40
A2 The Trip 5:36
A3 You Make Me Feel So Good 6:12

B1 Fancy Dancer 5:42
B2 Mestizo Eyes 4:49
B3 Sweeter Than Sugar 4:20
B4 Please Set Me At Ease 6:05

Crédits

Bobbi Humphrey : flûte, chant
Augie Rey, Bobbi Humphrey, Fonce Mizell, Jesse Acuna, Katherine Lyra, Larry Mizell, Rosario Davila, Sónia Tavares : chant
Chuck Rainey : basse
Fonce Mizell : clavinet, synthétiseurs [Solina], trompette
Mayuto Correa : congas
Harvey Mason : batterie
Craig McMullen : guitare
John Rowin : guitare
Dorothy Ashby : harpe
Roger Glenn : marimba, vibraphone
Skip Scarborough : piano, piano électrique [Fender Rhodes], clavinet
Jerry Peters : piano, piano électrique [Fender Rhodes], synthétiseurs [Arp]
Larry Mizell : piano, synthétiseurs [Solina, Arp], piano électrique [Fender Rhodes]
Tyree Glenn, Jr. : saxophone ténor
Julian Priester : trombone
Oscar Brashear : trompette


Arrangements [chœurs] – Larry Mizell, Fonce Mizell
Direction d'orchestre : Fonce Mizell, Larry Mizell, Sigidi
Producteur : Chuck Davis, Larry Mizell

La nuit. Une chambre de motel au bord du monde.

Barbara Ann "Bobbi" Humphrey. Son visage souillé au milieu de draps en coton froissés.
Quelle chute vertigineuse ! Bobbi s'agrippait à tout, à la réalité qui lui échappait, aux bouteilles éparses de Gin, à la pipe en ivoire à se défoncer, au crachotement d'un vieux transistor dans ce motel miteux, alors que la lumière de la gloire était toujours fixée sur elle et que les trophées s'accumulaient.

Pourtant Les frères Mizell lui avaient annoncé cette fin :
- "My Little Cendrillon, écoute nous, n'aie pas peur mais il faut que tu saches : à l'instant où la dernière note de musique de "Fancy Dancer" sera enregistrée, tu vois, ce sera comme le dernier coup de minuit : oui tout disparaitra, my little Cendrillon, nos chemins se sépareront définitivement, à toi de prendre au vol une autre chance ...mais sans nous".
Bobbi fut saisie d'un fou rire, hystérique et rauque à l'opposé de la délicatesse des notes qui pouvaient sortir de sa flûte. Les frères Mizell tinrent leurs paroles et ce fut soudainement, pour elle, le vide et l'abandon.
Furieuse contre les frangins, elle demanda à une de ses connaissances, le détective privé R., qui l'avait aidé l'année précédente à rechercher le père biologique du gosse sur la pochette de "Satin Doll", d'enquêter sur eux.

Le détective R. lui fit ce récit étrange :

"Rapport sur les aveugles"

Par une nuit pluvieuse, les lumières abrasives de Luna Park scintillaient et irradiaient l'ile de Coney Island où se rendaient souvent les frères Mizell entre deux enregistrements à LA. La grande roue, épave tutoyant le ciel aux nacelles défoncées, les baraquements forains à l'état délabré, un endroit quasi désert où l'on s'attendait à voir surgir à chaque coin de ruelle des nains hilares et paillards sortants du spectacle "Lilliputia", mais ce soir on devait se contenter de quelques mendiants avinés et de quelques jeunes désœuvrés à la recherche de la came providentielle sous les porches que giflait une pluie dorénavant de plus en plus forte.

"Quel drôle d'endroit ! " se fit comme remarque R. au moment où il aperçut les frères Mizell sous l'écriteau aux lettres géantes "Dreamland" qui surplombait un terrain vague et défraichi près de la station de métro. Ils furent rejoints par une silhouette à la démarche raide et saccadée qui s'aidait d'une canne. R. mit longtemps avant de comprendre qu'il s'agissait d'un aveugle encapuchonné qui s'engagea, suivi des frères Mizell, dans une ruelle sombre finissant en cul de sac par une porte en bois pourri où était écrit "Danger : entrée des catacombes".

R. hésita quelques secondes, décida finalement de les suivre et ce fut sa descente aux enfers.

Avec sa lampe torche, au mécanisme défaillant, il s'enfonça dans les profondeurs de couloirs et d'escaliers sans fin, un labyrinthe à l'odeur fétide des égouts, aux parois suintantes de peur, les pieds dans une eau à l'agitation fourmillante et grouillante, alors qu'au dessus de lui jaillissaient des créatures nictomorphes. Il se repérait au cliquetis de la canne qui résonnait sur les murs. Il faisait attention à ne pas chuter quand , d'un coup, sa lampe torche rendit l'âme. Tout d'abord, il n'y eut plus que la nuit ténébroso et le silence. Un léger tintement mat et régulier resurgit au loin puis survinrent des bruits tourbillonnants et chaotiques qui l'emprisonnèrent comme dans une nasse. Et c'est à ce moment là qu'il paniqua, marcha de plus en plus vite puis courut, poursuivit par ces créatures maléfiques dans un labyrinthe qui semblait se rétrécir au fur et à mesure de sa course et malmené par des chauves souris hystériques qui se jetaient contre lui ...
Il entendit un coup de feu retentir, crut que la balle l'avait atteint, s'arrêta, ses mains palpant sa tête, son corps à la recherche d'une blessure. Quand il voulut regarder ses mains, celles -ci furent éclairées par une lampe qui était tenue à quelques mètres de là par une silhouette sombre qui lui cria :
- "Vous allez bien ? Je vous ai surement fait peur, mille excuses, j'étais entrain de chasser l'alligator, car figurez vous ces égouts regorgent d'alligators, plus précisément d'alligators goules. A force de boire le sang de leurs victimes, ils se sont transformés en d'immondes créatures difformes, c'est pour cela qu'on les chasse, qu'on les tue".
Ils retrouvèrent la sortie et la pluie froide mouilla le visage de R. et se mélangea à sa sueur, éliminant progressivement sa torpeur.

Le deuxième soir, le détective privé R. était à son poste. Il vit les frères Mizell descendre d'une limousine noire et s'engouffrer directement dans les catacombes.

Cette fois ci R. prit ses précautions et ne s'éloigna pas plus d'une dizaine de mètres de sa cible. Il parcourut les mêmes obscurs labyrinthes que la veille, matrices maternelles de quelques monstres fabuleux, descendant les mêmes escaliers glissants aux marches de géant, jusqu'à un long tunnel étroit et étiré qui s'ouvra, d'un coup, comme un vagin aux dimensions démesurées et qui se révéla être des thermes romains aux hauteurs vertigineuses et aux couleurs ocres et crayeuses dans lesquels se trouvaient quelques dizaines d'hommes munis tous d'une cagoule et de lunettes noires.
- "Ces thermes romains étaient à la mode chez les architectes New Yorkais à l'aube du 20ème siècle : un peuple sans Histoires se devait d'emprunter les légendes des autres..." philosopha R. qui reconnut les frères Mizell dans le palestre près d'une piscine vide et discutant avec le chef de la secte, un petit homme à la moustache fournie avec des énormes lunettes teintées qui lui mangeait le visage.
Il se faisait appeler "Ernesto Sabato" par ces concitoyens aveugles aux cannes blanches luisantes qui crièrent son nom lorsque commença le rite qui devait être le clou de cette cérémonie.
Ernesto S. se rapprocha de l'autel, sous les hourras, jeta un drap blanc qui recouvrait le corps svelte et nu d'une personne dont on ne pouvait connaitre le sexe là où était placé R.
Avec un couteau à la lame fine il coupa d'un coup sec la jugulaire, le sang jaillit aussitôt et fut recueilli dans un calice d'or orné d'émaux qu'il tendit aux frères Mizell qui s'empressèrent d'y poser leurs lèvres gourmandes.
- "P...., c'est donc ça ...la source de leur inspiration aux frangins : un mélange d'aveugles sectaires et de vampirisme à la noix " conclut R. - qui continua, par ailleurs d'enquêter sur les vampires pour le compte d'Anne Rice dans "Entretien avec un vampire" sorti l'année suivante -.

Le calice passait de mains en mains, le sang giclait sur leurs cagoules, les rires étaient francs sous leurs lunettes noires pendant ce temps les splendides fresques murales qui illuminaient les thermes s'effaçaient lentement à la lumière de ce spectacle comme anéanties par l'air empli de sang.

"Fancy Dancer ou l'hymne au soleil" :

- "My Little Cendrillon" lui parlèrent les frères Mizell ...

Uno Esta.
- "My Little Cendrillon, nos nouveaux amis argentins nous ont inspirés, ça a commencé en juillet dernier tu sais avec "Los Conquistadores Chocolates" pour Johnny Hammond, nous adorons ces rythmes latins, c'est une fête flamboyante ô combien magique, on a mis en avant des lignes de percus de toutes sortes qui font des étincelles, on a ajouté quelques gimmicks de synthés et de cuivres, maintenant my little Cendrillon fonds toi dans cette orgie sonore et sors nous un solo de flûte qui claque ... pour que ta fête soit celle qui illumine la nuit et soit celle qui enivre nos sens éblouis ..."

The Trip.
- "My Little Cendrillon, cela va être un voyage fabuleux, la ligne de synthé trouvée par Chuck Davis est géniale, elle te fout des putains de frissons, alors nous irons croquer des champignons hallucinogènes du Mexique, la chair des dieux, ah ah, je blague, plus sérieux, my little Cendrillon, connais tu Monsieur Borges l'aveugle et ses labyrinthes ?"
- "Labyrinthe c'est sombre et ça me fout la frousse"
- "Mais ici ce sont des labyrinthes solaires où tu croises des tigres bleus qui se laissent chevaucher et avec qui tu traverseras des paysages de sable ..."

You Make Me Feel So Good.
- "My Little Cendrillon, cette chanson : nous te l'offrons c'est notre cadeau ultime, c'est notre romance pour toi, nous sommes un peu tes chevaliers et toi notre amour courtois, nous souffrons de trop t'aimer,
et comme dirait un poète français de l'ancien temps, my little Cendrillon :
"Notre amour se consume en maintes braises avivées par les notes pluvieuses que ta flûte déverse sur nos âmes à jamais perdues ...""

Fancy Dancer.
- "My Little Cendrillon, voici le temps d'une danse céleste, ta flûte doit mimer le chamane quand il chante, gesticule et danse, tu dois habiter son esprit, tu dois répondre à son extase, my little Cendrillon, tu verras c'est pas difficile ..."

Mestizo Eyes.
- "My Little Cendrillon, tu as déjà vu les yeux intenses de ces indiens métis ? on y voit des lacs bleus immenses et glacés puis de temps en temps on y voit des cavaliers conquistadors pourchassés tenant leur gorge transpercée par une flèche empoisonnée, le sang perlant derrière eux. Nous voulons que tu t'en inspires: laisse flotter ta flûte, laisse la t'emporter dans des terres inconnues ..."

Sweeter than Sugar.
- "My Little Cendrillon", c'est un morceau solaire, on a voulu des chœurs très Sunshine Pop pour t'accompagner, ta flûte sera comme une aurore radieuse aux doigts de rose comme dirait le poète aveugle Homère, la lumière doit en jaillir, les fleurs de lotus bleu s'ouvriront au son de ta flûte, my little Cendrillon tu comprends ?"

Please Set Me At Ease.
- "My Little Cendrillon, c'est notre dernier titre, c'est notre dernière histoire ensemble, c'est là où nos chemins se séparent, tu le sais, alors ce que nous aimerions c'est que cette fin soit finalement l'acte d'une naissance, un enfantement, tu vois ... une petite comptine au piano par notre mystérieux Scarborough sur une boite à rythme et là tu ouvres ton cœur, tu susurres de ta voix la plus enfantine et la plus charnelle "Oh please, please" et les frères Mizell vont te concocter, en contrepoint, les plus belles harmonies, les nappes de synthés les plus suaves, les chœurs les plus sucrés car, my little Cendrillon, :
"heureuse tu es de naître parmi les vivants !"

Le motel (suite) :

Le dernier coup de minuit finit par retentir au même moment que la sonnerie de téléphone qui résonna dans la chambre de ce motel miteux.

- "Ici Stevie, Stevie Wonder à l'appareil"
- "Pardon ? tu es le Stevie de l'équipe de Berry Gordy de la Motown ? " dit la voix embrouillée de Bobbi qui n'arrivait pas à sortir de son état comateux.
- "Oui ! lui-même , excusez moi pour l'heure tardive, Little Cendrillon, je peux vous appeler comme cela ?" répondit Stevie de sa voix chaude; Bobbi crut devenir folle; les images s'entrechoquèrent : les
frères Mizell, la secte des aveugles, la légende de Cendrillon et la voix de son idole Stevie. Elle bafouilla ...
- "J'ai eu votre numéro par votre amie Dorothy Ashby... et j'aimerais vous proposer de participer à mon prochain album, un double, qui s'appelera "Songs in the Key of Life", ça vous dit ?"
Aucune réponse, le silence, les yeux de Bobbi fixés dans le vide, les orbites grands ouverts, les conquistadors sauvages n'arrêtant pas de défiler devant elle ...

Finalement Bobbi Humphrey enregistra "Another Star" qui fut un fort succès, par ailleurs, elle obtint la même année la palme du "Best Female Instrumentalist" par Billboard.

Et au fur et à mesure des années qui passaient, notre "Little Cendrillon" se transforma, se métamorphosa en Icone Photoshop lisse de toute aspérité, vide de toute inspiration : elle était devenue en vieillissant une parfaite "Satin Doll".

Note: 6 stars / 6


Extraits :

Uno Esta :



The Trip :



You Make Me Feel So Good :



Fancy Dancer :



Mestizo Eyes :



Sweeter Than Sugar :



Please Set Me At Ease :
Modifié en dernier par Revpop le 31 juil. 2017 21:32, modifié 5 fois.



Avatar du membre
good vibes

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par good vibes » 08 déc. 2011 00:33

Excellent choix Revpop... C'est cet album que je me suis mis sur ma platine ce triste jour de juillet 2011 où j'ai appris le départ de Fonce Mizell vers l'autre monde...

Avatar du membre
in the jungle groove

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par in the jungle groove » 08 déc. 2011 09:32

Encore une enquête du detective R. qui prend beaucoup de risques ce coup là! (ps: j'adore l'expression "lampe torche" qui n'est utilisé que dans les bouquins, jamais entendu quelqu'un prononcer ce mot!).
Je lui aurais plutôt conseillé d'enquêter avant mais c'est une question de goût! ;)

Avatar du membre
devantf

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par devantf » 08 déc. 2011 16:34

Dirigé ici par Mister JungleGroove alors que m’inquiétais du manque de "flute" chez les "Con Funk Shun" je découvre une enquête fantasmagorique et l'objet de ma demande.
Bon, j'espère avoir l'occasion d'écouter l'album accompagné par la chronique...

Avatar du membre
Revpop

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Revpop » 08 déc. 2011 23:16

devantf a écrit : je découvre une enquête fantasmagorique
Le détective prive R s'inscrit en faux contre cette remarque à la limite de la calomnie, ce qui ne m'étonne pas du félon devantf que l'on a connu avec goudrons et plumes ...

Tout est vrai dans cette enquête, les noms existent bien, et R. vient de m'envoyer des preuves sur le côté "maléfique" des frères Mizell et leurs zones d'ombres :

Image


Image


Image

Et si vous voulez écouter ce que cela donne c'est

Avatar du membre
devantf

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par devantf » 11 déc. 2011 13:19

Je voulais de la flute et j'ai été gâté, ici aussi. Je n'oublie pas l'autre post où j'ai pu me gaver sans m’écœurer de ce fabuleux son.
Ici aussi, l'ensemble est vraiment superbe. J'ai donc, comme convenu, écouté et lu et écouté en même temps...

The Trip: On se sent presque gêné de l'écouter… à jeûn. :lol:

You Make Me Feel So Good : les fameux chœurs des Mizell, j'ai bien retenu, ici ils passent mieux, bien assimilés... A mon goût, bien entendu. Et peut-être que je m'habitue?

Fancy Dancer: m'a fait regarder AMG, 1975, Santana et son Barboletta, il y avait comme des connections dans l'air. Ici les chœurs m'ont davantage déplu, mais ils savent s'effacer devant ce superbe soliste. Superbe le titre, arrivé légère d'un autre cuivre ? Trombone, Trompette ? Zut, les Chœurs... Allez voir ailleurs si j'y suis...

Mestizo Eyes: Sur le moment je m'attendais à un climat proche de Aguirre, la faute à ton évocation. Pas mon préféré...

Sweeter than Sugar Instrumental superbe...

Et pour finir effectivement "Please Set Me At Ease".

Te moque pas, jusqu'à ce titre, j'ai cru Bobbi un artiste masculin. Ça donnait un drôle d'effet aux relations entre Mizell et "lui" ...

Merci en tout cas, j'ai passé un chouette moment.

Avatar du membre
Revpop

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Revpop » 11 déc. 2011 21:55

Merci d'abord Devantf pour ton écoute, ton oreille attentive...
Mille excuses pour ce quiproquo non intentionnel de ma part sur le sexe des anges, plus précisément de celui de Cendrillon. Il est vrai que cette notule, plus fanstasmagorique (et je te donne finalement raison) que réaliste et explicative concourt à ce genre d' erreur.
Là je te renvoie à ma première notule sur Bobbi LES FRERES MIZELL ET LE CHANT DES VOYELLES où tout de suite tu aurais vu le pot au rose (de par la pochette explicite dans laquelle tu retrouves le sourire de ma "Little Cendrillon")
Cet album, le premier avec les frères Mizell, "Blacks and Blues" est pour moi un album urbain, de deux couleurs comme peuvent l'être certaines BD style "Polar Noir", alors que "Fancy Dance", le troisième de la série, est avant tout un album solaire qui se décline dans les tons ocres et argentés.
Ma difficulté a été de décrire cette joie, cet hymne à la joie alors que je savais, le propre de l'observateur qui regarde derrière lui, que ça allait être son dernier fait d'arme. Comme dirait mon Hemingway : plus dure sera la chute ...
D'autre part comment montrer de la plus belle façon la luminosité si ce n'est qu'en la confrontant à sa face sombre, et là intervient une énigme que je n'arrive toujours pas à résoudre et qui est celle des frères Mizell.
Ils ont marqué de leurs fers rouges quelques années du jazz funk (72-76) puis ils se sont évaporés d'un coup. A mon avis y a quelque chose comme un pacte faustien dans leur histoire et c'est ce que j'évoque dans le rapport sur les aveugles (qui est aussi un hommage à toute la littérature sud américaine qui m'a bercé étant gosse).
Merci Devantf pour avoir mis en avant Aguirre ou la colère de dieu de Werner herzog (1972) qui est un must have avec un Klaus Kinski stupéfiant et unique...
Pour répondre à ITJG c'est vrai que dans la disco de Bobbi il n'y a pas que les 3 albums avec les frères Mizell, qu'elle a pondu 2 albums précédemment qui sont excellents (sans approcher pour moi la perfection d'un Blacks and Blues, d'un Fancy Dancer ou d'un Satin Doll - un poil en dessous-)
pour preuve je vous mets comme extrait un classique de Norman Whitfield :

Smiling Faces Sometimes:



Et pour finir (en beauté) un extrait d'un des Everest de la Soul : "Songs in the Key of Life ( bizarrement jamais cité dans ce site et mon petit doigt me dit que Wonder B. ne jure que par lui ;) ) où Bobbi participe avec sa flûte magique :

Another Star :

Avatar du membre
Wonder B

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Wonder B » 12 déc. 2011 16:21

Revpop a écrit :Et pour finir (en beauté) un extrait d'un des Everest de la Soul : "Songs in the Key of Life ( bizarrement jamais cité dans ce site et mon petit doigt me dit que Wonder B. ne jure que par lui ;) ) où Bobbi participe avec sa flûte magique
Et ton petit doigt a bien raison. SITKOL est un de mes 5 disques pour l'île déserte sans aucun doute. Il va falloir lui consacrer la place qui lui est dûe tôt ou tard mais la si je rentre dans le système de notation, c'est la note maxi sans même réfléchir... :lol:
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
funkyslice

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par funkyslice » 12 déc. 2011 18:34

Personnellement, je trouve Dig This et Flute In (1972) un peu au-dessus des suivants. Sur chaque album il y a du bon et moins bon et le plus homogène reste Blacks And Blues. Très belle chronique encore une fois Détective R., j'adore la présence du marimba sur le morceau éponyme (un certain Roger Glenn ;) )

Avatar du membre
Revpop

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Revpop » 12 déc. 2011 22:28

Wonder B a écrit :Et ton petit doigt a bien raison. SITKOL est un de mes 5 disques pour l'île déserte sans aucun doute. Il va falloir lui consacrer la place qui lui est dûe tôt ou tard mais la si je rentre dans le système de notation, c'est la note maxi sans même réfléchir... :lol:
Mon petit doigt est tout simplement le détective privé R. qui a retrouvé des photos plus que compromettantes mettant en scène un jeune Wonder B. passablement chevelu et légèrement éméché au Caïpirinha, cocktail qui faisait rêver un gamin tout minot éternellement collé à ses basques à la bouche pleine de bonbecs funky (crade) et à l'oeil gauche déjà inquisiteur et qui s'était affublé d'un surnom inintelligible pour les autres gamins de la cour de récré - ITJG - , ce même Wonder B. à l'oreille droite sourde comme une pioche à force d'écouter intensément Ted Nugent mais compensée par une oreille gauche au lobe proéminent à force d'écouter "Songs in the Key of Life" ... et qui par raison inconnue lui sauva l'autre bien endommagée et que dans un prompt hommage ultime il intégra son auteur - ainsi remercié - dans son sobriquet ;)

Trêve de plaisanterie Wonder B. , "Songs in the Key of Life" est l'un des seuls albums qui me fait réfléchir à l'échelle de RevPop : et si on pouvait introduire la note de 6+ stars ?
funkyslice a écrit :Personnellement, je trouve Dig This et Flute In (1972) un peu au-dessus des suivants.
Funkyslice et comme ITJG ils privilégient l'époque pré-Mizell de Bobbi; ce serait intéressant de faire un vote : êtes vous pour l'époque pré-Mizell ? ou Mizell ? à moins que certains préfèrent le post Mizell (jean ?) ou sont indifférents à la flûte enchanteresse de ma "Little Cendrillon" !
Modifié en dernier par Revpop le 13 déc. 2011 07:50, modifié 1 fois.

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par funkiness » 13 déc. 2011 00:39

Comme souvent dans ces cas-là, j'aime les deux périodes, je refuse de choisir ;)
Et à mon avis le camarade B aussi
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
Wonder B

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Wonder B » 13 déc. 2011 02:17

Comme funkiness! Nous ne sommes pas associés pour rien quand même LOOOOL
J'aime les deux périodes au motif que çà me donne l'occasion d'écouter Bobbi dans deux ambiances différentes sur mon instrument de prédilection!

Sinon LOL er re-LOL sur la filature du Détective R. au sujet d'un certain WB!!!! LOOOOOOOOL

Sinon tout à fait d'accord pour la notation 6+, X.O., Palace auditif, OOTW (Out Of This World) etc etc... Il y a peu de disques qui méritent des louanges dithyrambiques comme SITKOL... C'est déjà très difficile pour un LP mais alors pour un double où il n'y a rien à jeter c'est juste unique je crois...
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
in the jungle groove

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par in the jungle groove » 13 déc. 2011 08:56

Revpop a écrit :photos plus que compromettantes mettant en scène un jeune Wonder B. passablement chevelu et légèrement éméché au Caïpirinha, cocktail qui faisait rêver un gamin tout minot éternellement collé à ses basques à la bouche pleine de bonbecs funky (crade) et à l'oeil gauche déjà inquisiteur et qui s'était affublé d'un surnom inintelligible pour les autres gamins de la cour de récré - ITJG -
:lol: :lol: cela aurait pu être la réalité!!!!! :mrgreen:

Avatar du membre
Revpop

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Revpop » 13 déc. 2011 22:04

Wonder B a écrit :Sinon tout à fait d'accord pour la notation 6+, X.O., Palace auditif, OOTW (Out Of This World) etc etc...
Je ne vois pas de quels albums tu veux parler : Palace auditif (??), OOTW ...
Je connais bien X.O. d'Elliott Smith qui vaut 6 stars dans l'échelle de Revpop mais c'est de la pop (luxueuse) ...

Avatar du membre
Wonder B

Bobbi Humphrey - Fancy Dancer

Message par Wonder B » 14 déc. 2011 02:26

Ah certes il y en a très peu mais ils méritent une catégorie à part! LOL
Sworn to fun
Loyal to none

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • One Way ‎– Fancy Dancer
    par bluesy » 01 déc. 2019 12:03 » dans The Boogie Years 70’s/80’s
    1 Réponses
    1095 Vues
    Dernier message par funkiness
    15 janv. 2020 10:33
  • Bobbi Humphrey - Dig This!
    par funkyslice » 04 janv. 2012 15:50 » dans A Touch of Jazz
    4 Réponses
    2386 Vues
    Dernier message par Jean
    11 juil. 2013 14:44
  • Bobbi Humphrey - Flute In
    par funkyslice » 02 mai 2016 22:28 » dans A Touch of Jazz
    3 Réponses
    5099 Vues
    Dernier message par funkiness
    22 mai 2016 16:10
  • Bobbi Humphrey - Satin Doll
    par funkyslice » 11 mai 2016 20:38 » dans A Touch of Jazz
    4 Réponses
    5244 Vues
    Dernier message par Revpop
    25 juil. 2017 21:32
  • Bobbi Humphrey - Baby Don't You Know / (Instr.)
    par funkiness » 28 févr. 2012 23:54 » dans Maxis et 45
    3 Réponses
    1096 Vues
    Dernier message par Karim75
    29 févr. 2012 11:26

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 24 extraterrestres