Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Jazz Funk, Soul Jazz, Big Bands, Latin Jazz…

Funky admins : Wonder B, funkiness, silverfox

Avatar du membre
The Funky Whistler

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par The Funky Whistler » 13 juin 2011 18:48

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow (Blue Note BN-LA368-G, 1975)

Image

Titres

A1 Stepping Into Tomorrow 5:11
A2 Design A Nation 4:19
A3 We're Together 4:23
A4 Think Twice 6:10
(Sigidi, Mizell, Mbaji)

B1 Makin' It 3:45
(Harvey Mason)
B2 Rock And Roll Again 6:09
B3 You Are The World 4:29
B4 I Love The Girl 3:53
(Donald Byrd)

Tous les titres sont composés par Larry Mizell sauf indiqué.

Crédits

Donald Byrd : trompette, bugle (flugelhorn), vocals
Gary Bartz : saxophone alto, saxophone soprano, clarinette
Chuck Rainey : basse
Harvey Mason : batterie, bata drums, Harmonica (B1)
Fonce Mizell : trompette, clarinette, chœurs
Larry Mizell : Fender Rhodes, ARP synthétiseurs, chœurs
James Carter : siffle sur "Rock And Roll Again"
Margie Evans : chœurs (B3)
Freddie Perren : chœurs
Kay Haith : chœurs (A3, A4)
Lorraine Kenner : chœurs (A1, A2, B1)
Jerry Peters : orgue, piano
John Rowin : guitare
David T. Walker : guitare
Ronghea Southern : guitare (A4)
Roger Sainte : percussions
Stephanie Spruill : percussions, chœurs (A1, B1)
Mayuto Correa : congas

Enregistrement : The Sound Factory, Hollywood, Californie Novembre-Decembre 1974
Arrangements : Fonce Mizell (B4), Harvey Mason (B1), Larry Mizell (A1 à B3), Sigidi (A4)

Producteurs : Larry Mizell & Fonce Mizell


Paru en 1974, Stepping Into Tomorrow est le troisième album qui voit la collaboration entre Donald Byrd et les frères Mizell. Mais peut-on parler véritablement de collaboration? Les vrais leaders sont à nouveau les frères Mizell, qui écrivent les titres, les arrangent et les produisent.

Et ce qui devait arriver arriva: on a ici un pur disque de producteurs, avec des musiciens qui sont pour quelques uns des célébrités (Donald Byrd bien sûr, mais aussi Gary Bartz, ancien saxophoniste de Miles Davis, Harvey Mason), mais qui n'ont pas grand chose à dire.

Et à force de tout confier aux frères Mizell, le résultat n'est pas à la hauteur: Stepping Into Tomorrow est en effet un disque qui s'écoute, avec quelques bons grooves, mais à mon avis loin d'être indispensable dans la disco de Donald Byrd, et assez décevant en comparaison avec ce qu'il a pu faire par ailleurs.

C'est un album qui est à mon sens aseptisé, qui manque de flamme. Assez creux en somme. Il manque cruellement de profondeur et de spontanéité, ce qui prouve non seulement que de grands musiciens ne font pas forcément de grands disques, et que la place des producteurs est parfois bien trop importante: la dérive commerciale est ici patente.

Vous l'aurez compris, bien que je respecte leur travail, je ne suis pas un grand fan des frères Mizell, pas plus que (sauf exceptions), je ne suis fan de musiques très produites (type Motown ou PIR). :mrgreen:

Stepping Into Tomorrow résume bien l'affaire:



Les autres titres:















Betty Davis a écrit :Take off that disco and put on some good music

Avatar du membre
Jean

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par Jean » 13 juin 2011 19:24

Fichtre tu es sévère avec les frères Mizell... personnellement j'aime beaucoup ce coté produit et calibré... Un titre comme "Think Twice" ça me fait frissonner. :drunk:
Ça ne m'empêche pas d'apprécier des truc africains cradingues, ce n'est pas incompatible, j'aime surtout multiplier les horizons.

Je ne comprends pas toujours le rejet du "commercial", même s'il est assez courant chez les amateurs de musique, tout ces types ont fait des disques pour les vendre, pas pour finir au rebut ou au pilon. Et se réunir dans un garage ou un sous-sol, envoyer la wha wha, le one à la batterie, la grosse ligne de basse et la voix d'écorché vif, c'est aussi une recette après tout...

... tu boycottes le suivant avec les avions (Spaces and Places)?

Avatar du membre
The Funky Whistler

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par The Funky Whistler » 13 juin 2011 19:34

Pour être clair, je n'ai rien contre le commercial, voire la musique de producteur: j'apprécie par exemple certaines prods de Norman Whitfield, mais ce que je regrette dans les albums Byrd/Mizell, c'est que la production et l'ambition commerciale aseptisent de plus en plus la musique au fur et à mesure des albums.

Au point que les musiciens jouent bien mais n'ont plus rien à dire, à la différence des premiers albums électriques de Byrd (notamment le grandiose Ethiopian Knights, mon préféré du bonhomme).

Ce que font les frères Mizell est remarquable (je l'ai écrit d'ailleurs), leur recette est vraiment impeccable et brillante, mais je trouve que le fond disparaît au profit de la forme, et c'est dommage.
Jean a écrit :... tu boycottes le suivant avec les avions (Spaces and places)?
Réécouté à l'instant, et ma réponse est oui! :mrgreen: Je vais me refaire Caricatures aussi. ;)
Betty Davis a écrit :Take off that disco and put on some good music

Avatar du membre
in the jungle groove

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par in the jungle groove » 13 juin 2011 19:58

Je suis tout à fait sur la même longueur d'onde que Funky Whilster, je n'aime pas cet album complètement aseptisé et j'aime très peu les prods des frères Mizell... voilà c'est dit! :mrgreen:

UniversalNigga

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par UniversalNigga » 14 juin 2011 02:21

Ah ben tiens c'est marrant, j'ai tendance à préférer un Think Twice à un Black Byrd, qui pourtant me fait frissonner ! La pop est un art mes amis, qu'il ne faut pas confondre avec le purement commercial ou la variétoche de bal. En l’occurrence ce Think Twice m'apparait comme interprété d'une façon particulièrement sensible et personnelle, j'en redemande !
Encore un album qu'il va falloir que je rouille :)

Avatar du membre
The Funky Whistler

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par The Funky Whistler » 14 juin 2011 09:44

in the jungle groove a écrit :Je suis tout à fait sur la même longueur d'onde que Funky Whilster, je n'aime pas cet album complètement aseptisé et j'aime très peu les prods des frères Mizell... voilà c'est dit! :mrgreen:
Les Mizell Brothers (Larry et Alphonso "FOnce" Mizell):

Image

Sur les Mizell Bros:

http://www.soulwalking.co.uk/Mizell%20Brothers.html

Leur discographie sur leur label Sky High:

http://www.themizellbrothers.tk/

Pour les amateurs du duo, une rétrospective des années Blue Note est parue en 2005:

Image
Betty Davis a écrit :Take off that disco and put on some good music

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par funkiness » 14 juin 2011 19:07

Je vois qu'il y a plus taliban que Wonder B et moi, mais ce n'est pas pour me déplaire :afro:

Commercial ? Mais pour un amateur de jazz, Ethiopian Knights EST commercial, car binaire et funky. Tout est relatif. On ne parle pas ici de Boney M ou de Village People mais des frères Mizell, tout de même... Que veut dire commercial ? Ça veut dire grand public, et là, ce n'est pas vraiment grand public. Je ne sache pas que Donald Byrd ait vendu des millions d'exemplaires de ses albums produits par Mizell.

Bon, allez, disons que Ethiopian Knights est plus roots :P et que The Funky Whistler est un puriste (dont je comprends mieux l'affolement quand il s'est aperçu qu'il appréciait Zapp :mrgreen: )

Pour Byrd, moi j'aime les deux périodes et je pense que ce n'est pas comparable, car ce sont deux registres différents, excellemment maîtrisés dans les deux cas.

"Think Twice" comporte un groove qui tue à 2:50 et qui monte, monte, redouble même à partir de 3:44, terrible sur un dancefloor !

"Stepping Into Tomorrow" est un superbe morceau de soul-jazz, aérien et mélodieux.

J'adore aussi l'album Caricatures, c'est dire... ;)
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
The Funky Whistler

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par The Funky Whistler » 14 juin 2011 19:58

Je précise que ma réserve avec cet album ou avec les suivants n'est pas lié au fait qu'il soit commercial: c'est juste que je trouve que la musique de Byrd avec les Mizell bros devient avant tout une musique de producteurs avant d'être une musique de groupe et de solistes. Et je trouve que la prod est de plus en plus aseptisée au fil des albums. :nonono:

Et là où sur Ethiopian Knights, les solistes avaient des choses à dire, je trouve que sur les suivants (et surtout à partir de Street Lady), ça se dilue. C'est très bien réalisé, mais ça devient lisse, inoffensif, alors que sur Ethiopian Knights, la musique est méchante, plus spontanée, subversive dans un sens. Et pas commerciale: Ethiopian Knights à un rythme facile à suivre, mais c'est une musique assez sombre.

Et c'est pas parce que c'est binaire et funky que c'est forcément commercial; à ce compte-là, on pourrait considérer On The Corner, Agharta ou Pangaea de Miles Davis (entre autres) comme des albums commerciaux (alors qu'ils sont au contraire sans concession).

Je précise également que je ne suis pas anti Mizell Bros: il y a de très bonnes choses sur les albums de Donald Byrd, idem sur le premier Blackbyrds (que je tâcherai de chroniquer prochainement).

Simplement, je ne suis pas absolument convaincu par la prod des Mizell, et comme je l'ai dit dans ma chronique sur Ethiopian Knights, Donald Byrd n'a pas attendu l'arrivée de Larry Mizell pour faire du funk, et je trouve que sa musique est meilleure avant l'arrivée des frangins. ;)
Betty Davis a écrit :Take off that disco and put on some good music

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par funkiness » 14 juin 2011 22:16

Tes arguments tiennent la route The Funky Whistler, le distinguo que tu fais entre album de producteurs et album commercial me paraît juste. Ça précise les choses.

Mais il n'en reste pas moins que des inconditionnels du be bop par exemple écouteront Ethiopian Knights en ricanant et le taxeront de "commercial", ce qu'il n'est pas bien entendu ;)

Je voulais juste montrer la relativité du mot "commercial" ;)
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
Revpop

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par Revpop » 14 juin 2011 22:48

Donald Byrd est typiquement pour moi un artiste protéiforme, épousant les époques comme elles viennent, précurseur quelques fois, suiveur aussi :

- Hard Bop avec entre autres les Jazz Messengers : çà c'est pour les puristes de Jazz Magazine et de Jazz Hot des années 60; demandez à ces critiques de l'époque comment ils estimaient la période post Bop de Donald :grrrrrrr:

- Jazz Funk : ça c'est pour les puristes comme The Funky Whistler ou CTI ou les journalistes des mêmes Jazz magazine et Jazz Hot qui ont mis à la retraite les vieux "has been" du Bop; demandez à ces critiques de l'époque comment ils estimaient la période Soul Jazz de Donald :grrrrrrr:

- Soul Jazz : çà c'est pour les amoureux des Frères Mizell, car Funky Whistler a tout a fait raison de dire que ce sont des disques de producteurs, yes man, avec leurs solistes, on pourrait les nommer :
les Frères Mizell et le soliste Donald Byrd, les frères Mizell et la soliste Bobbi Humphrey, et le soliste Gary Bartz etc ...

- et puis après j'ai un peu perdu de vue (?!)

Conclusion : Donald est un touche à tout, et a une femme dans chaque port :cool:

Mais que dire de ce morceau "Cristo Redentor" tiré de "New Experience" (1963) ou jazz et gospel se marient sous un coucher de soleil "Western " à la Leone :


Avatar du membre
Wonder B

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par Wonder B » 15 juin 2011 03:10

Je vois très bien ce que veut dire Funky Whistler et j'approuve tout à fait le distinguo éclairé par Funkiness, mais comme le dit Revpop beaucoup d'artistes classifiés jazz ont 'sombré' (pour les puristes du jazz qui s'arrachaient les cheveux à l'époque) dans la 'batardisation' en incorporant les sons d'époque de la Soul au Funk... Après que des producteurs aient mis la main sur le plan et dirigés des artistes (qui devaient se satisfaire des royalties que çà générait) ne me gêne pas.

Je trouve d'ailleurs que les Mizell, au contraire d'autres producteurs qui imposaient la même sauce à tous les artistes qui passaient dans leurs mains, fonctionnent moins comme une usine...

Mais bon, c'est toujours difficile de comparer différentes époques chez certains artistes parce que leurs virages musicaux sont autant de barrières pour certains qui préfèrent soit l'ancienne formule, soit le son suivant... (voir James Brown)

En tout cas çà prouve la longévité de ces artistes qui ont proposé leur talent sur plusieurs époques, car beaucoup d'autres de leurs confrères n'animeront même pas ce débat auquel (j'en suis sûr) ils auraient bien aimé participer!
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
in the jungle groove

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par in the jungle groove » 15 juin 2011 15:13

The Funky Whistler a écrit :Et c'est pas parce que c'est binaire et funky que c'est forcément commercial; à ce compte-là, on pourrait considérer On The Corner, de Miles Davis (entre autres) comme un album commercial (alors qu'il est au contraire sans concession).
Sur ce coup là, le but de Davis était de faire du commercial ou plutôt de vendre, à l'époque, il se sentait un peu ringard et sentait le vent changer, il a compris qu'il fallait explorer le jazz funk. Miles Davis (comme beaucoup d'autres grands) n'étaient pas forcément créateurs mais plutôt suiveurs visionnaires (ie suiveur un peu avant la masse).

Pour revenir à l'évolution des artistes, il est clair que pour durer, ils devaient évoluer avec le temps, à mon grand regret pour certains groupes mais c'est la loi... Aaaah si Kool and The Gang avait continué sur le même registre qu'à leurs débuts, ils auraient fait un heureux (et beaucoup de malheureux!!!!).

Revpop, 'A New Perpective' est un album que je trouve fabuleux, en plus de la pochette.

Avatar du membre
Jean

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par Jean » 15 juin 2011 19:08

funkiness a écrit :Il n'en reste pas moins que des inconditionnels du be bop par exemple écouteront Ethiopian Knights en ricanant et le taxeront de "commercial", ce qu'il n'est pas bien entendu ;)

Je voulais juste montrer la relativité du mot "commercial" ;)
Pour moi c'est simplement le terme "commercial" qui ne veut rien dire, car à part jouer de la mandoline dans le métro, ou des tam tam dans une tribu, tous les gars qui enregistrent des disques le font pour le vendre, ils font donc du commerce (ou quelqu'un se charge de le faire pour eux), c'est la condition sine qua non pour vivre de leur art ou de leur passion. Si vous refusez le commercial, baladez vous avec un magnétophone dans les rues de Chicago ou New Orleans, il doit bien y avoir deux-trois vieux bluesmen qui traînent et jouent du banjo et de l'harmonica au coin d'une rue... ;)
in the jungle groove a écrit :
The Funky Whistler a écrit :J
Et c'est pas parce que c'est binaire et funky que c'est forcément commercial; à ce compte-là, on pourrait considérer On The Corner, de Miles Davis (entre autre) comme un album commercial (alors qu'il est au contraire sans concession).

Sur ce coup là, le but de Davis était de faire du commercial ou plutôt de vendre, à l'époque, il se sentait un peu ringard et sentait le vent changer, il a compris qu'il fallait explorer le jazz funk. Miles Davis (comme beaucoup d'autres grands) n'était pas forcément créateur mais plutôt suiveur visionnaire (ie suiveur un peu avant la masse).

Pour revenir à l'évolution des artistes, il est clair que pour durer, ils devaient évoluer avec le temps, à mon grand regret pour certains groupes mais c'est la loi... Aaaah si Kool and The Gang avait continué sur le même registre qu'à leurs débuts, ils auraient fait un heureux (et beaucoup de malheureux!!!!).


D'accord pour "On The Corner", et Miles Davis en général, qui a toujours cherché à s'adapter aux nouveaux sons et aux nouvelles vagues (et en fut à juste titre parfois la tête de proue), comme quoi le commerce a du bon, sinon il serait resté un artiste cool toute sa vie, mais jamais devenu un monument de la musique.

Pas d'accord en revanche sur K&TG, exactement pour les mêmes raisons. S'ils 2taient restés bloqués sur le même son pendant 30 ans, ils auraient fini par être un groupe de has been, et par s'auto-caricaturer. Le virage Deodato / JT Taylor, qu'il vous plaise ou non, est un pari absolu, avec les risques que ça présente. Comme tout ce petit monde là avait aussi du talent, ça a été un pari gagnant.
Après je comprends bien qu'on ne supporte pas, quand on est comme toi allergique au son post 75. En revanche, les gugusses fans de 80 qui dénigrent ça m'insupporte au plus haut point, qui encensent telle galette obscure avec un bon titre et demi, quand sur les K&TG 80 de la bonne époque (ceux produit par Deodato) il n'y a pratiquement rien à jeter (de même qu'il n'y a pratiquement rien à jeter sur leur grande période 70's, et c'est bien pour ça que c'est un grand groupe). :D
J'ajouterai que niveau lead vocal, avec l'arrivée de JT Taylor on n'a quand même pas perdu au change, tous styles confondus...

Avatar du membre
in the jungle groove

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par in the jungle groove » 15 juin 2011 19:19

Jean a écrit :Pas d'acccord en revanche sur K&TG, exactement pour les mêmes raisons. S'ils etaient restés bloqués sur le même son pendant 30 ans, ils auraient fini par être un groupe de has been, et par s'auto caricaturer.
Jean, je crois qu'on est d'accord là dessus, je l'ai peut être mal écrit mais c'est en gros ce que je voulais dire (d'où l'heureux -moi- et les très très très nombreux malheureux les fans des périodes suivantes!). Ma première phrase: "il est clair que pour durer, ils devaient évoluer avec le temps".
Jean a écrit :Pour moi c'est simplement le terme "commercial" qui ne veut rien dire, car à part jouer de la mandoline dans le métro, ou des tam tam dans une tribu, tous les gars qui enregistrent des disques le font pour le vendre, il font donc du commerce (ou quelqu'un se charge de le faire pour eux), c'est la condition sine qua non pour vivre de leur art ou de leur passion.
Pas tout à fait d'accord avec toi, c'est la relation difficile entre l'art et l'argent. Doit-on "customiser" son art pour faire de l'argent ou doit on être hard core et faire de son art sa source de vie spirituelle... Je pense qu'on trouvera des artistes et des soi-disant artistes qui répondent à toutes les nuances jusqu'à utiliser l'art à des fins capitalistes uniquement (ie "je veux faire de l'argent, tiens pourquoi pas l'art" comme cela pourrait être des paires de pompes).
On connait bon nombre d'artistes qui ont vécu dans la misère, fidèles à leur art (ou parfois pas de choix), qui ont connu la reconnaissance après leur mort...

Avatar du membre
Jean

Donald Byrd - Stepping Into Tomorrow

Message par Jean » 15 juin 2011 19:26

Il va peut-être falloir spliter le sujet car la discussion ne porte plus du tout sur le sujet de départ (c'est tout l'intérêt des forums :) )
The Funky Whistler a écrit :Miles voulait en effet vendre aux jeunes, sa démarche était donc artistique et commerciale. Ceci dit, On The Corner est tout sauf un album commercial. Binaire OK, funky, OK, et avec une pochette accrocheuse.

(...)

Même aujourd'hui, cet album n'est pas si accessible: il reste malsain, violent et subversif. On est très loin du jazz-funk commercial de l'époque! J'adore! :afro:

Je ne suis pas d'accord... on n'est pas loin du révisionnisme là. Le commercial d'aujourd'hui n'est pas le commercial d'hier... au sens où vous l'entendez.
Je réfute radicalement ce terme, comme je l'explique plus haut. tous les artistes (à part quelques nihilistes que je ne connais pas) font des disques pour qu'ils soient vendus. Miles Davis a enregistré, comme les autres, des disques pour les VENDRE, pour toucher le PLUS LARGE PUBLIC. Il y a plein de raisons à ça : pour gagner du pognon, pour avoir la satisfaction d'être écouté par le plus de monde possible, pour marquer l'histoire de la musique, pour être une "star" (et Miles le fut), pour gagner ultérieurement son indépendance artistique (CF Stevie Wonder ou Marvin Gaye). Toutes se comprennent à des degrés divers.
Pas commercial, c'est moi quand je chante sous ma douche (et heureusement pour les autres qu'on en reste là).
'On The Corner' a très certainement été interprété à l'époque comme une tentative de récupération par certains critiques autoproclamés avertis (les Jazz mag et Jazz hot auxquels Revpop fait référence plus haut, perso je ne mets pas les deux magazines au même niveau, pour moi Jazz Hot est beaucoup plus tolérant et avant-gardiste dès le début des 70's). Et comme vous dites il s'est mal vendu. Aujourd'hui c'est un disque culte. La perspective est radicalement différente.

Il y a quand même un point sur lequel on est presque tous d'accord, la meilleure période de Miles, c'est la période bop, le quintette avec JC, je dirai même les premiers albums Columbia. :afro:

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • R.I.P. Donald Byrd ! ! ! !
    par Karim75 » 07 févr. 2013 18:30 » dans R.I.P.
    7 Réponses
    251 Vues
    Dernier message par Jean
    11 févr. 2013 17:04
  • Donald Byrd - Thank You For Funking Up My Life / Loving You
    par charlie's angels » 15 sept. 2012 22:38 » dans Maxis et 45
    2 Réponses
    705 Vues
    Dernier message par funkiness
    02 nov. 2015 00:58
  • Marvin Gaye / Donald Byrd - Where Are We Going? / Woman Of The World
    par comptebll » 13 août 2017 16:44 » dans Maxis et 45
    1 Réponses
    1143 Vues
    Dernier message par comptebll
    13 août 2017 16:45
  • The East 14th And East 14th Street Band ‎- Now And Then / Stepping Fast
    par Revpop » 03 août 2018 22:42 » dans Magic 45s
    1 Réponses
    694 Vues
    Dernier message par bluesy
    18 août 2018 13:02
  • Bobby Byrd - Try It Again / I’m On The Move
    par funkiness » 23 févr. 2013 15:51 » dans James Brown
    6 Réponses
    1865 Vues
    Dernier message par in the jungle groove
    13 mars 2013 17:03

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 107 extraterrestres