Joe Bataan - Singin' Some Soul

Funk, Soul, Deep Funk, Deep Soul, Soul Funk…

Funky admins : Wonder B, funkiness, silverfox

Avatar du membre
bluesy

Joe Bataan - Singin' Some Soul

Message par bluesy » 18 mai 2011 13:51

Joe Bataan - Singin' Some Soul (Fania SLP 375, 1972)
Image
Image
Titres

A1 "My Cloud"
A2 "I'm No Stranger"
A3 "Under The Street Lamp"
A4 "I'll Be Sweeter Tomorrow (Than I Was Today)"
A5 "More Love"

B1 "Unwed Mother"
B2 "Young Gifted And Brown"
B3 "Ordinary Guy"
B4 "Cowboys To Girls"
B5 "Crystal Blue Persuasion"


Crédits

Cornell Dupree : guitare
Bernard Purdie : batterie

Arrangements : Marty Sheller, Harold Wheeler
Production : Jerry Masucci


Joe Bataan, connu, entre autres, pour sa reprise, rythmée et latine, du très fameux titre de Gil Scott-Heron, "The Bottle".
Joe Bataan (instru) : - http://www.youtube.com/watch?v=h411f4Xgdpw
Joe Bataan (version 2009) : - http://www.youtube.com/watch?v=h4DaHDgkzQE



L'album porte bien son titre, de la Soul du début à la fin.


Extraits de l'album : - http://www.amazon.com/Singin-Some-Soul- ... B0000506TM


FACE A
Image

FACE B
Image


Mes préférences :

"My Cloud"


"Under The Street Lamp"


"I'll Be Sweeter Tomorrow"


"Unwed Mother"



Au final, je trouve l'ensemble équilibré, rien à jeter, c'est sweet, sweet.


"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par funkiness » 18 mai 2011 21:38

Très beau tout ça ! Sweet indeed
Je mettrais en "soul" plutôt qu'en "latin", à moins qu'il y ait des séquences pur latin sur le LP :question:

C'est vraiment de la soul dans les règles de l'art.
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
bluesy

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par bluesy » 21 mai 2011 16:01

J'ai hésité entre Latin (sa base musicale) et Soul qui colle à 100% à l'ensemble de l'album ; tu peux déplacer. ;)
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)

Avatar du membre
Jean

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Jean » 10 août 2011 11:46

Je pense que les premiers Joe sont mieux placés ici, c'est quand même assez crossover en général. En revanche pour ses deux LP disco sur Salsoul c'est plus discutable.

Dommage que les premiers soient si durs à trouver, j'ai de gros trous dans sa disco. Quelle voix magnifique!

Avatar du membre
good vibes

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par good vibes » 25 août 2011 18:18

VAMPISOUL prend soin du King of latin soul...
Deux compilations ont été éditées "Young Gifted And Brown" et surtout "Latin Funk Brother" compilation des années Fania (acheté en CD €2 ! Il y a un an sur le revendeur officiel de VAMPISOUL http://www.munsterama.com )
Cela sans parler évidemment du come back fait depuis 2005 sur ce même label avec la sortie de 2 albums...
Voila un artiste qu'il me plairait de voir "on stage"...

Avatar du membre
Wonder B

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Wonder B » 26 août 2011 04:38

Funkiness & moi l'avons vu en Avril dernier au Baltic Soul Weekender (où nous nous rendons chaque année) et malheureusement çà n'a pas été tout à fait à la hauteur de nos espérances même si c'était quand même très acceptable et que Joe ne se retient pas sur scène. Il donne le max...
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
good vibes

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par good vibes » 26 août 2011 11:49

Le backing band (toujours los fulanos ?) n'était pas a la hauteur? Ou est-ce Joe Bataan? (bon il vrai aussi que l'âge est là...) aurais tu pris des photos du concert ?
Wonder B merci à toi pour la correction d'orthographe de mon précédent post ...lol!

Avatar du membre
Wonder B

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Wonder B » 27 août 2011 00:21

Rien à voir avec Joe, puisque je dis bien qu'il se donne au max sur scène.
Le groupe était au poil aussi...
Non c'est seulement que nous espérions une dose de Soul ou de Funk un peu plus importante (vu le contexte de ce festival) alors que le set a largement été dominé par le côté latin... Virant même franchement Salsa.

ps Te bile pas pour l'ortho, tu es loin d'être le seul et çà fait partie de mon boulot aussi!
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Revpop

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Revpop » 26 mars 2012 22:45

UP !
C'est un album 100% Soul : que fait il dans le genre latin ? Que diable allait-il faire dans cette galère ?

- Edit merci Funkiness de l'avoir remis à sa place; pour la peine :

Image


Young Gifted And Brown : Et que dire de ce chef d'oeuvre ? où la Soul se met à nue ...



I'm No Stranger : où la Soul devient légère comme un voile de soie Hermes :



Under The Street Lamp : où la Soul draine en son sein les passions :


I'll be sweeter tomorrow : où la Soul pleure ses peines sans fin :


Ordinary Guy : où la Soul magnifie l'ordinaire :


Cowboys to girls : où la Soul imite les Intruders et le fait très bien :


Crystal Blue Persuasion: où la Soul sort les vieilles reliques ...:


My Cloud : où la Soul sait faire pleurer les nuages :


Remettez, please, cet album dans les chefs d'oeuvre de la Soul, je suis tellement ému que je n'arrive pas à noter... ;)
Modifié en dernier par Revpop le 26 mars 2012 23:20, modifié 1 fois.

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par funkiness » 26 mars 2012 23:12

Ma première impression avait été la même, mais j'avais oublié de déplacer ;)

C'est bien sûr 100% soul, catégorie haut de gamme ! :drunk:
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
Revpop

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Revpop » 26 mars 2012 23:30

C'est vrai que pour moi Joe Bataan était plutôt du genre "hybride", du latino-soul à tendance surtout latino, je ne savais pas qu'il avait commis un album 100% soul; la question maintenant est : a-t-il fait d'autres albums de ce genre ?
Encore merci à Bluesy pour cette découverte ! je sens que cela va être mon LP de la semaine :? ...et tant pis pour les autres ;)

Avatar du membre
in the jungle groove

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par in the jungle groove » 27 mars 2012 08:33

Oui il a sorti au moins un autre album dans la même veine (plus funky) récemment en 2005 (si on compare aux années 70 bien sûr) sur Vampisoul, c'est Call My Name.
Il est vraiment très bon... Il a je crois été enregistré à NYC aux studios Daptone... C'est un gage de qualité...

Image


Avatar du membre
Revpop

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Revpop » 27 mars 2012 21:22

Où l'on confirme que Singin' Some Soul est le seul album 100% Soul de Joe Bataan, qu'il voulait rivaliser avec l'insurpassable Motown, et que mal lui en a pris car l'album fut un échec total tel qu'il se remit aussi sec à la Latin Music... ne fit que rêver la Soul dans ses rêves les plus lointains jusqu'à ce jour où suite à une attaque de diabète qui faillit lui coûter la vie, la Soul lui ré-apparut comme une révélation divine et ce jour là il décida d'enregistrer Call My Name, son premier disque depuis vingt cinq ans.

"By the late 1960s, Fania had aspirations to break out beyond el barrio. If tico and alegre could be conquered by the Fania juggernaut, why not take aim at Atlantic and Motown too? With Singin’ Some Soul, Fania gambled that by pairing Joe Bataan’s talents with Jerry Masucci’s ambitions, they could forge a genuine R&B hit record for a label mostly associated with afro-Latin music. That gamble ultimately fell short, resulting in one of Bataan’s least successful albums for Fania. It would also be one of his greatest.
The goal of Singin’ Some Soul, in Joe’s words, was “to capture the Motown sound, and it was [Mascucci’s] idea.” Fania’s cofounder had taken a trip out to California and returned to New York with a handful of singles that he wanted Joe to cover. The idea was to mix a few cover tunes with some Bataan originals and then throw a small fortune at hiring top-rate New York arrangers and producers to record an album that would feature no Latin songs at all. Joe said Masucci approached him and proposed, “Look, I don’t want to use your band, but I want to do something different. I think you can do it.”
For arrangers, Fania hired Nina Simone collaborator harold Wheeler and Latin jazz veteran Marty sheller, as well as pulling together a studio band that included such seasoned sessioners as guitarist cornell Dupree and drummer Bernard Purdie. At their first meeting, Joe recalls Purdie coming up to him and asking, “You want a hit, kid? Let me teach you something about drums.” Purdie then gave him an impromptu lesson on R&B backbeats.
“My voice was in top shape—I did everything that an artist or singer could do not to mess up on a recording,” says Joe, and yet, incredibly, “I overslept and missed the whole doggone recording! [Mascucci] had to send people out to look for me, and I was in the bed, sleeping.” Had Bataan been leading the session, he wouldn’t have allowed the band to record without him, but with valuable time ticking away, Mascucci had the session players lay down all the music so that when Joe finally arrived, he just had to record his vocals. Whatever disappointment he might have felt at missing his own recording session faded as soon as the backing tracks began playing.
“When I heard those strings coming out of the ceiling... I can’t explain what that meant to a young man that had gone through all . I thought I finally arrived,” says Joe. “This is something you dreamt about—it had strings and all these horns, just the cream of the crop that was playing.”
You hear all this come together on “My cloud,” the album’s opener. On 1968’s Riot!, the song had been an up-tempo cha-cha, but here, Joe transformed it into a slow ballad, backed with an arrangement that was much closer to the emerging Philadelphia soul sound than anything typically heard in East Harlem. Joe’s vocals—slow, measured, and impassioned—channeled the doo- wop traditions of his youth. not surprisingly, “My Cloud” became a big hit in the lowrider circuit. “I find a lot of my songs... Once I attempt to sing them slow, it takes on a different meaning,” says Joe.
The next song, “I’m No Stranger,” also reflected this album’s different directions. An obscure b-side of a 1967 Okeh single by the L.A. band The Seven Souls, “I’m No Stranger” was one of the records Mascucci brought back from California. “We thought Jerry didn’t know what the heck he was talking about, especially a guy like me who grew up on r&b,” jokes Joe. “but [‘I’m no stranger’] was one of the songs he wanted me to do, and I agreed. that was the start of a big, radical change in Joe Bataan, doing different avenues in music.”
Half the album was covers, with Bataan taking on Tommy James and the Shondells’ “Crystal Blue Persuasion,” The Exits’ “Under The Street Lamp,” The Intruders’ “Cowboys To Girls,” The O’Jays’ “I’ll Be Sweeter Today,” and Smokey Robinson and the Miracles’ “More Love.” While “More Love” was Joe’s personal favorite—“Smokey’s one of the greatest composers of all time, and I was very influenced by him”—Masucci chose “Crystal Blue Persuasion” to release as a single. according to Joe, prior to his version, the song had only been a slept-on LP track on James’s Crimson and Clover LP. However, once Joe’s version gained traction, Roulette’s Morris Levy immediately ordered James’s original released as a single. It eventually hit number two on the pop charts, all but erasing the memory of Joe’s recording. “Everyone’s always said that my rendition was better,” Joe says. “I don’t want to argue about that, but we had more going on with it.”
Despite the wealth of covers, the most enduring songs off the album are Bataan’s own compositions, including “Young, Gifted and Brown,” a song inspired by (but not a cover of) Nina Simone’s “To Be Young, Gifted & Black,” co-written by Weldon Irvine. Despite what one would think were the obvious political connotations of the song, Bataan claims his original intent was personal, not social: “I thought about taking [Simone’s] phrase and replacing ‘black’ with ‘brown’ and did not know what I was hitting upon,” he explains. “I was talking about myself, not associating with any nationalism—it’s just that I thought I was brown! That song opened up a lot of doors for us—we had no idea we were going to touch Filipinos [and] La raza also.”
In contrast though, “Unwed Mother,” which finds Bataan crooning about the trials and tribulations of a struggling single mother, was clearly a piece of social commentary. He explains, “I thought that this would really connect with a lot of ladies out there that had children. And [it deals with] things that people don’t speak of, not normally, on a record. I did want to do this to shock and to show that I could take my style of singing into different areas with messages.”
Singin’ Some Soul was easily Fania’s best soul album; the problem was that Fania was not a soul label. “Latin music, they knew, but R&B, they didn’t,” says Joe, and Masucci struggled to convince R&B stations and retail stores to support it. Fania ended up with an album alienated from their Latin base as well as a disinterested R&B crowd. Its poor sales translated to low circulation numbers (ironically spiking up the value of original copies of the album among collectors), and it is one of the only Bataan albums never to have been reissued on vinyl, an oversight finally being corrected now. Looking back, despite the album’s commercial struggles, Joe still marvels at the opportunity he was given: “The sound was unbelievable. It was like a dream fairyland. everything was done. All I had to do was sing.”
As a bonus, we’ve included the two sides of Joe Bataan’s rarest release on Fania, “Latin Soul Square Dance” b/w “Call Me.” This 1972 7-inch was originally meant to be the first single off of Joe’s Live From San Frantasia album (the cover of which was eventually salvaged and used for his Mericana records LP, Salsoul), but Joe and Fania’s falling out killed the project. The original tapes to the album are lost, but a few copies of the single were released before the entire project fell apart.

Originally released in 1972
"

Liner notes by Oliver Wang
(Mille excuses pour ce texte en anglais mais je le trouve vrai et fort)

source : https://www.fania.com/products/singin-some-soul

Avatar du membre
Wonder B

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Wonder B » 28 mars 2012 08:50

Tu es pardonné Revpop, ce texte éclaire pas mal de choses.
In The Jungle Groove a écrit :Oui, très instructif, merci. :cool:
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Revpop

Joe Bataan – Singin' Some Soul

Message par Revpop » 11 avr. 2012 23:49

LE KING DE LA SOUL A FAILLI ETRE UN PHILIPPIN


Image


Image


- "Je veux être la Motown et Atlantic réunis, Pacheco, le monde de la Soul va bientôt nous lécher les mains comme des chiots" affirma Jerry Masucci le co-fondateur de Fania Records à Johnny Pacheco son créateur. Johnny ne réagit pas outre mesure à cette sentence, car pour lui, le principal fait d'arme de Jerry avait été de s'occuper, en tant qu'avocat, du divorce avec son ex femme - un point c'est tout - et que connaissait un avocat de la musique, fut il le meilleur dans sa branche ? Visiblement Jerry le sentit et explosa :
- "Pacheco, réveille toi mierda, tu peux pas rester à faire éternellement la même musique confinée au El Barrio, à Spanish Harlem. Ok tu sais c'est comme chez les rednecks dans les montagnes des Appalaches, tous des consanguins dégénérés, tu veux que la musique que tu aimes leur ressemble ? "
- "Hé, l'ami n'attaque pas la famille, sinon..."
- "J'attaque pas, j'explique, ouvre ton coeur Pacheco, ouvre tes oreilles, tu sais, y a pas longtemps j'ai été en Californie, et tout se passe là, c'est l' Eldorado, mieux que la ruée vers l'or pour toutes les nouvelles musiques, même Motown veut quitter Detroit pour L.A., pour te dire, c'est l'épicentre de la Soul, la nouvelle Babel que l' on va conquérir tous les deux, ensemble"
- "Mais comment peut on accomplir un tel miracle ?"s'exclama Pacheco, les yeux grand ouverts.
- "C'est simple : j'ai un plan et nous avons du fric".

"L'Eternel fit intervenir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits." -Jonas 2:1

Un matin froid comme un lac gelé, Joe Bataan Nitollano et sa bande bariolée de musiciens descendirent West Street, faisant un barouf d'enfer devant les passants frigorifiés, c'était la joie de vivre hispanique qui déambulait, sans entraves, dans la rue hébétée.
- "Hey Joe, tu sais que le vieux Alderson a refait son studio d'enregistrement entièrement avec un huit pistes flambant neuf, ça va être génial pour tes nouvelles chansons !?"
- "Hey Joe, dis, y aura pas que de la Soul ? car y faut pas abandonner nos origines, tu te rends compte que si ce soir à la fiesta pour la Mamita on arrivait tous grimés comme des niggers, sauf ton respect Joe, t'es à moitié philippin, toi tu comprends, hey Joe ! tu savais que le vice roi chargé des Philippines pieutait à Mexico y a pas encore si longtemps !"
Joe était songeur, la tête pleine de futurs exploits soul, et il n'avait manifestement pas le temps de répondre à toutes les questions posées par sa bande de musiciens qu'il connaissait pour certains depuis tout jeune quand il passait le plus clair de son temps avec les gangs de rue portoricains, pour d'autres à l'age de quinze ans quand il purgeait une peine de cinq ans à la prison d'état Coxsackie pour vol de voiture, du temps où il était le caïd des Dragons, un caïd respecté par tous.

Au West 65th Street, juste devant le studio d'enregistrement "Impact Sound Studio" du vieux Alderson, deux malabars postaient, sorte de Barracuda jumeaux échappés d'un épisode de l'Agence tous risques, interdisant l'entrée à quiconque.
- "Qu'est ce qui se passe ? " s'écria Joe, émergeant de ses songes soul. Le vieux Alderson sortit en personne sur le trottoir :
- "Il n'y a que Joe qui rentre, et le Boss est au téléphone pour te donner les ordres"
- "Attendez les amis, y a certainement une embrouille, attendez moi là je reviens"
Il prit le téléphone, Jerry Masucci était au bout du fil :
- "Bonjour Joe, je tiens à te signifier qu'il ne faut voir à ton égard ni à celui de tes amis aucune embrouille, aucune animosité. C'est simple, nous n'avons besoin que de toi, tout a déjà été enregistré par des musiciens de LA, il n'y a plus qu'à ajouter le plus important : ta voix Joe, tu m'entends ?"
Et la porte du studio claqua, laissant Joe seul dans le noir opaque.

Joe se laissa guider comme un aveugle dans les couloirs du studio qui ressemblaient à un sombre labyrinthe tellement le vieux Alderson lui tirait avec sa main l'avant bras vers la droite, puis hop vers la gauche puis à nouveau à droite en lui criant - il était devenu sourd comme un pot - à chaque fois "Attention ... on vient de tout refaire et on a pas mis l'électricité partout".
Le vieux Alderson s'arrêta net, chercha dans sa poche un vieux trousseau dans lequel miroitait une clé énorme digne de l'île au trésor, avec laquelle la porte s'ouvrit laissant passer soudainement la lumière blanche comme un miracle.
Il se trouvait au coeur du studio d'enregistrement lumineux aux murs lambrissés de bois de makoré, de rideaux blanc et d'un miroir sans tain. Il n'eut pas le temps de reprendre son souffle qu'il entendit déjà un poc poc, le bruit de quelqu'un qui tapote un micro derrière le miroir.
- "Bienvenue parmi nous, Joe, je suis Harold Wheeler et j'ai beaucoup travaillé avec Nina Simone ..." suivi d'un autre poc poc qui résonna dans toute la pièce.
- "Bonjour Joe, je suis Marty sheller et Harold et moi sommes tes deux arrangeurs sur cet album que l'on trouve pour l'instant magnifique, pas vrai Harold ?"
- "Laisse nous te faire écouter ce que l'on a enregistré, tu sais, on a eu de la chance d'avoir des sacrés pointures comme le guitariste Cornell Dupree et le batteur Bernard Purdie ..."
Des voix d'outre tombe, car Joe avait beau fixer intensément le miroir il ne voyait que son reflet.
Et il tressaillit de la tête aux pieds lorsque le son énorme du premier titre "My cloud" se propagea tel une lame de fond, se réfléchissant sur le bois de makoré.
"C'est un miracle" pensa t il, "je n'aurais jamais imaginé pareil son aussi clair et profond dans mes rêves les plus fous".
Il sortit alors son petit carnet de cuir noir où il notait ses impressions les plus fugaces pour ne pas les oublier, c'était le terreau pour ses nouvelles chansons.

Dix impressions miniatures sur fond de petits carreaux...

"My cloud" : Les premières touches de piano surgissent comme des diamants en feu, la batterie claque comme un fouet, une mèche de violons léchant l'ensemble ... Pose ta voix, Joe, ma voix de papier de verre dessus, suspendue, accrochée à mon nuage ...

- "C'est ok ? ma voix est ok ?" demanda Joe, manifestement satisfait de ce premier jet.
- "Très bien Joe, parfait, mais on va recommencer, si tu veux, cette fois ci force un peu moins, moins d'effet sur ta voix, qu'elle soit la plus naturelle possible quitte à être dans le faux, pas de fioriture doo wop inutile, pas de préciosité latino inutile, ta voix doit être le poignard dans un foulard avec le sang qui coule ploc ploc sans pour autant tâcher la soie : comprends tu ?"
A cet instant Joe comprit qu'il ne sortirait pas de ce studio avant d'avoir accompli sa mission qu'il jugea sur le moment d'essence divine.

"I'm not stranger" : Le tempo vif de la batterie gicle, gifle et cingle; les choeurs sortis tout droit d'un stade m'enveloppe de leur manteau sensuel; ma voix se fond dans ce magma puis hurle ce refrain sans fin "Baby i'm not stranger", les choeurs se fendant en deux grandes vagues distinctes par la seule force de ma voix ...

"Under the street lamp" : Le piano au son mat avec un tambourin qui martèle et des cuivres qui fusent, le refrain donne des ailes et je sens que ma voix chavire, ivre de plaisir, au milieu de ces cuivres acides et ces torrents de cordes surlesquels une batterie biblique frappe et frappe encore ... ma voix supplie et la nuit s'ouvre à moi ... et je suis seul mais "Under the street lamp" ...

"I'll be sweeter tomorrow (than i was today)": Les choeurs envahissent l'espace, ma voix se pose sur ce coussin de sons, les cuivres clignotent dans la nuit qui m'asphyxie petit à petit alors ma voix dérape, les clochettes du destin tintinnabulent, et dans un dernier effort ma voix arrache une seconde chance pour un lendemain qui me tend la main.

"More love" : Le tempo m'enivre, me grise, merci Purdie, les choeurs batifolent, les violons sont volages, ma voix n'a qu'à se laisser porter par cette vague de plaisir. Ce refrain "More love, more love" c'est une coulée d'or, d'amour qui électrise tout le studio, que mes entrailles aspirent et qui ressort au travers de ma voix ... apaisée.

"Unwed mother" : C'est une ode à maman. Les cuivres ouvrent le bal, un motif de guitare en mineur, ma voix se pose, réservée et discrète, garde ta distance , le refrain est pour toi maman, ton fils est plein de questions sans réponse et les choeurs s'affolent et me foutent la chair de poule, attention je sens perdre pied et j'ai des vertiges, je suis ton fils et ne me juge pas, les guitares et la batterie s'énervent et balayent tout, mais pourquoi ? tout ça, maman.

- "Bien joué pour la prochaine : est ce un hommage à Nina ? en tout cas Nina en serait très fière."

"Young gifted and brown" : L'entrée est a la fois majestueuse et tonitruante, ça explose de partout entre la batterie et les cuivres d'airain, ma voix doit se poser naturellement car c'est l'histoire de ma race, allez y les choeurs soutenez moi ! éclatez vous !
Et ma voix n'en finit pas de conter en affrontant cette mélodie céleste, tandis que la batterie frappe de plus en plus fort accompagnée des cuivres qui se rebiffent : c'est l'histoire d'une colère brune ...

"Ordinary guy" : Ma voix se mêle a cette mélodie câline, à la lisière du faux, à la limite du supportable : elle erre, flotte dans l'ordinaire. Je veux que ma voix se libère quitte à se perdre pendant que les cuivres fusent comme des lances à incendie ...

"Cowboys to girls" : Ce titre doit être une fête pour les cuivres, ce refrain ("I remenber") me tue à chaque fois que je l'entends. La batterie tape et la guitare riffe, ma voix monte alors très haute, tutoie les étoiles et les onctueux violons, suspendus, enrobent la mélodie comme une crème anglaise ...

"Chrystal blue persuasion" : Un vieux morceau de Tommy James, c'est un duo entre ma voix et des choeurs qui répondent avec des hoou hou; ma voix est relaxe, détachée jusqu'au moment où le rythme s'accélère alors le groove s'ouvre à nous tel une grotte : le piano s'en mêle, ma voix s'énerve et cette guitare qui n'en finit pas de groover, qui n'en finit pas pas pas ...

"L'Eternel parla au poisson qui vomit Jonas sur la terre ferme." -Jonas 2 :11

Le petit matin, Joe se retrouva sur le trottoir, pas rasé, les habits froissés, le soleil lui picotait les yeux, la lumière naturelle le gênait profondément. Il avait l'allure des mendiants emmitouflés dans du papier journal à quelques mètres de là, il essaya de faire un geste, d'émettre des sons, mais rien ne sortait, rien ne pouvait bouger. Il était vidé , un véritable mort-vivant qui regarda hagard passer un taxi en trombe, fonçant à tombeau ouvert, et qui transportait vers la Cité de la Soul les bandes célestes où était gravée à jamais sa voix.

Trois années plus tard.

L'appartement luxueux de Jerry Masucci était perché au dernier étage d'un building de Brooklyn et disposait d'une vue à couper le souffle grâce aux immenses baies vitrées faisant face à la fois à Central Park et au pont de Brooklyn. Jerry n'avait pas voulu de murs ni de pièces séparées afin de laisser son esprit libre vagabonder là ou il le souhaitait. Une immense salle de bain trônait, encastrée, en plein milieu du loft, tandis que Jerry se défit de ses vêtements , descendit les trois marches en marbre qui le séparaient du jacuzzi.
- "Eh ma colombe, peux tu me remettre "Young gifted and brown" ?" demanda t il à ladite colombe, grande noire élancée en peignoir qui révélait des motifs chinois.
- "Tu peux pas changer mon minou, ça fait toute la soirée que j'entends du Bataan ! c'est bien, mais j'ai besoin d'écouter des choses nouvelles, tu veux pas du Marvin Gaye ou le dernier Jackson Five plutôt ?"
- "Nan, ma colombe, il n'y a que Bataan qui peut panser mes plaies"
Au dehors, de gros nuages noirs s'accumulaient, obscurcissant tout, Jerry pouvait même les toucher par l'effet miroir de sa baie vitrée, ses pensées s'assombrirent, ça n'avait pas marché, rien n'a marché depuis l'enregistrement il y a près de trois ans, pourtant c'est pas faute d'avoir essayé, j'ai sorti sur mon petit label Uptite Records d'abord "Under the streetlamp" en 1969, soit quelques jours après le mixage tellement j'y croyais, puis dans la foulée "Ordinary guy / Crystal blue persuasion", pas de réaction alors j'ai mis "My cloud" en face B, que dalle, que devais je faire ?, quand, pour terminer, "Unwed mother / Young gifted and brown" est sorti, j'ai supplié à genoux devant tous ces nigggers de Disk jockey à la manque : “Latin music, they knew, but r&b, they didn’t" m'ont ils dit.
Sur une petite assiette sise sur le rebord du jacuzzi près du verre de whisky et du cendrier où se reposait un cigare au bout légèrement rougeoyant, se trouvait un fax de Pacheco que prit d'une main leste un Jerry vraiment énervé et un peu éméché.
- "Y peut pas me téléphoner ce métèque au lieu de m'envoyer un fax de Lima". Et il lut :
"Enterre tes rêves de Motown ! les rêves d'Eldorado n'ont jamais construit des empires, c'est toi-même qui me l'a dit".
Il froissa le fax dans son poing rageur, le jeta dans les tourbillons du jacuzzi et le rêve coula pour de bon.

Quelques semaines plus tard.

Vue sur la chambrette de Joe Bataan, assis sur son lit d'enfant, la tête entre les mains, avec les posters de Sam Cooke accrochés au mur.
Joe ressassait son dépit, tel un lion en cage, lui qui devait devenir le King de la Soul se morfondait sans réel espoir dans la chambre de sa jeunesse au milieu de ses idoles. Il prit son petit carnet de cuir dans lequel il avait consigné son journal intime et le projeta de rage sur la face de Sam Cooke, l'angle de choc fut tel qu'il rebondit et traversa la fenêtre grande ouverte qui donnait sur une courette, chuta et chut dans le panier rempli de linge que tenait la Mamita de Joe sous le bras, quand la sonnerie du téléphone retentit, alors la Mamita s'engouffra dans la pénombre du petit vestibule pour y répondre.
- "Eh Joe chéri, c'est ton boss et il a l'air pressé comme d'habitude; descend vite !"
Joe comprit que c'était le moment de tout dire, leur histoire allait se terminer, qu'il voulait prendre sa liberté, et même créer un nouveau label qu'il avait décidé de nommer "SalSoul".
- "Oui Joe à l'appareil"
-"Ah très bien j'ai eu soudainement peur que tu ne sois pas présent en ces lieux, cela aurait été dommageable que tu ne puisses apprendre la nouvelle "
- "Mais quelle nouvelle ?" Jerry prit sa respiration, le silence sembla s'éterniser. "Quelle bon sang de nouvelle ?" s'écria de nouveau Joe.
- "Singin Some Soul est enfin sorti ce matin, après trois ans de tergiversations je le concède, la pochette est splendide, tu es resplendissant dans ce portrait. C'est toi tout craché. Par contre au niveau des ventes, tu sais, il ne faut pas s'attendre à des miracles, vu la conjoncture, mais c'est bien qu'il soit sorti finalement, c'est un peu notre bébé à tous les deux, il est né, je dirais, par césarienne, hum, vraiment ... vraiment aux forceps, non ?"
Joe aurait du sauter de joie mais il n'en fit rien, il était abasourdi, sans réaction. Il abrégea la conversation sans même lui dire qu'il voulait le quitter.

Epilogue :

Jerry Masucci avait eu raison cette fois ci de ne pas croire au miracle car "Singin Some Soul" ne se vendit pas, il disparut même de la circulation. Fania Records le ré-édita en vinyl trente ans plus tard, ce qui fait dire à un critique qu'il avait entre les mains en 2003 un "Lost Classic Soul" découvert dans un grenier poussiéreux au fond d'une malle dans laquelle s'entassaient des Objets Soul Non Identifiés, laissés pour compte et que personne ne réclamait.


Note : 5.5 stars / 6
Modifié en dernier par Revpop le 28 déc. 2018 22:40, modifié 2 fois.

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Joe Bataan - Call My Name
    par in the jungle groove » 28 mars 2012 10:27 » dans The Revival 90’s/2000’s
    6 Réponses
    2871 Vues
    Dernier message par bluesy
    03 avr. 2017 20:50
  • Joe Bataan - Salsoul
    par in the jungle groove » 14 déc. 2013 00:14 » dans The Roots 60's/70's
    3 Réponses
    1584 Vues
    Dernier message par good vibes
    31 janv. 2014 23:34
  • Joe Quarterman And Free Soul – Get Down Baby / (Pt.2)
    par Revpop » 26 févr. 2013 23:37 » dans Magic 45s
    5 Réponses
    1552 Vues
    Dernier message par bluesy
    30 oct. 2018 23:18
  • Joe Quarterman And Free Soul ‎- I'm A Young Man / (Disco Dance Version)
    par Revpop » 30 oct. 2018 22:31 » dans Magic 45s
    1 Réponses
    1178 Vues
    Dernier message par bluesy
    30 oct. 2018 23:05
  • Chuck Brooks/George Soulé/Joe Wilson - Malaco Soul Brothers Vol. 1
    par bluesy » 01 déc. 2012 02:03 » dans The Roots 60's/70's
    3 Réponses
    1490 Vues
    Dernier message par Phil
    01 déc. 2012 16:15

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 4 extraterrestres