R.I.P. Ennio Morricone

ils nous ont quittés

Funky admins : funkiness, Wonder B

Avatar du membre
Wonder B

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Wonder B »

Revpop a écrit : 24 sept. 2020 21:56 Chut ! On tourne ...
:lol: :lol: :lol: :lol:


Sworn to fun
Loyal to none
kata

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par kata »

chuuut ! .... ;)
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 84 d'Ennio Morricone; elle dure un peu moins de 29 minutes : mais le plaisir est d'autant plus intense que l'écoute est courte car cette année n'est composée que d'un film, mais lequel !

Il est illusoire de croire que les miracles peuvent se multiplier à l'infini, le miracle est de soi unique et singulier. Once Upon A Time In America en est un, et un GRAND.
1984, à l'époque du Big Brother de George Orwell, livre lu pour un futur appelé enfer, deux romains, pratiquement du même âge, décide de plonger en apnée vers un passé qui rappelle la naissance d'une Nation, l'émergence d'un nouvel Eldorado, mais qui porte en lui aussi les graines de violence que dénoncera plus tard l'écrivain. Tout en racontant des amitiés humaines qui se veulent indissolubles, indéfectibles.
Une multitude d'images de ce chef d'oeuvre est gravée dans nos mémoires comme le fumoir d'opium, Deborah dansant, la gare lugubre de New York, le téléphone sonnant le glas...
Mais que dire de la musique ? Ennio s'est surpassé en composant de nombreux thèmes : Poverty, Deborah, Cockeye, Friendship où le souffle d'une flûte de pan est comme le souffle du coeur, où les cordes possèdent ici des accents divinement mahlériens, où les cuivres fêtent là les fins de partie, et la voix céleste d'Edda Dell'Orso élève la mélodie de Deborah au dessus des plaintes des violons et fait un pas de deux sur des notes de clavecin ... Inoubliable !
Comment expliquer cette osmose entre les deux créateurs romains ?

C'est comme si pouvaient se fondre et se loger
Tous les rêves de films dans les yeux de Leone
Toutes les musiques au coeur de Morricone.



Best Of 84

Une Bande originale a été récompensée par huit titres fabuleux :

(8 titres) Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America) de Sergio Leone :
- "Once Upon A Time In America"
- "Friendship And Love"
- "Friends Pt.1"
- "Deborah's Theme - Amapola"
- "Cockeye's Song"
- "Childhood Memories"
- "Poverty"
- "Amapola Pt.2"

"Friendship And Love" :


"Deborah's Theme - Amapola" :


"Cockeye's Song" :


"Poverty" :
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 85 d'Ennio Morricone; elle dure un peu moins de 49 minutes : c'est la fin d'un cycle pour certains.

Ennio Morricone rentre chez lui, secoue son manteau trempé, sa casquette en tweed et les pose négligemment dans le vestibule. Il chemine à travers les longs couloirs de son appartement romain jusqu'à une porte qu'il ouvre de sa clé, car elle toujours fermée. Elle donne sur une grande pièce sombre et presque nue où se trouvent un tréteau sur lequel maintes partitions sont posées, un piano droit dans un coin, une méridienne pour se reposer. Et un téléphone qui, justement, sonna. Christophe Lemaire, alors jeune étudiant, venait le féliciter pour son admirable travail sur le film de Leone.
- "Merci, merci beaucoup, mais vois-tu, je suis las, vidé, surtout que Sergio vient de m'annoncer que les américains, toujours aussi irresponsables, voulaient charcuter son film, tant d'efforts pour en arriver là, tout ça pour ça"
- "Ce n'est pas possible, ils n'ont pas le droit de ..."
- "L'argent donne tous les droits, vois-tu, c'est pourquoi je veux faire une pause, me replonger ..."
- "Bonne idée, les plages de Rimini sont belles et calmes hors la saison touristique, peut-être même que Fellini sera présent et ..."
- "Non et non ! c'est pas çà, décidément personne ne veut m'écouter, je disais que je veux me replonger au plus profond de moi-même, être seul avec moi-même, tu comprends ?"

Christophe Lemaire écrivit, vingt ans plus tard, que l'année suivante à son coup de téléphone commencèrent les années mystiques d'Ennio Morricone.

Ennio, fatigué, reprit toutes ses partitions en fouillis qui juchaient sur son tréteau de travail.
Repiqua quelques idées, de Once Upon A Time In America il reprit "Unused theme" pour Il pentito, du Professionnel le thème "Le Retour" pour La gabbia.
Se demanda pourquoi il avait signé avec Richard Fleisher pour ce qu'il pensait être un gros nanar (Red Sonja), comprenez-moi comment écrire un thème comme "Cockeye" pour les muscles d'Arnold, et encore plus désolant, comment se surpasser pour les yeux bovins de Brigitte Nielsen alors que la gracile Elisabeth McGovern en avait de si beaux ?
Se fit la réflexion que La Poivra serait une superbe série sur la mafia, et que de toutes les façons la mafia le motivait toujours, lui donnait plus que des ailes.
"En tout cas quelle année triste" se disait-il quand il sortit d'un gros tas une partition toute froissée, "Ah zut j'ai oublié que je devais me coltiner le troisième épisode de La cage aux folles !". Sans bien comprendre ce qui lui arrivait, sa pensée muta ailleurs : il se souvint de ce vers de Rilke "Pomme à la rondeur pleine et poire, banane, groseille..." et il se mit soudain à improviser sur papier quelques notes aussi chatoyantes que chantantes ("Ask Me #2").
En pensant au grand écart qu'il venait de faire, associé Rilke et La cage aux folles, Ennio sourit.

Best Of 85

Six Bandes originales ont été récompensées par treize titres fabuleux :

(4 titres) La Mafia 2 (La Poivra 2) de Florestano Vancini :
- "Mille echi"
- "Canzone per la sera"
- "Tentativo d'amore "
- "La morale dell'immorale"

"Mille echi" :



(2 titres) Il pentito de Pasquale Squitieri :
- "Il Pentito Pt.1 (Ripresa)"
- "Messaggio"

"Il Pentito Pt.1 (Ripresa)" :



(2 titres) L'Enchaîné (La gabbia/The Trap) de Giuseppe Patroni Griffi :
- "Incatenato"
- "Laura"

"Incatenato" :



(2 titres) Via mala de Tom Toelle :
- "Via Mala"
- "Silvie - Momento D'Amore"

"Via Mala" :



(2 titres) Kalidor : La Légende du talisman (Red Sonja) de Richard Fleischer :
- "Main Title/Kalidor's Theme"
- "Love Theme/End Credits"

"Main Title/Kalidor's Theme" :



(1 titre) La Cage aux folles 3 (Matrimonio con vizietto) de Georges Lautner :
- "Ask Me (# 2)"

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 86 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 34 minutes : le début de la période des années mystiques se met en place piano-piano.

Cette nuit-là, Ennio Morricone, dans son long sommeil, entendit des voix. Toutes sortes de voix.

Des voix qui font s'élever, élan salvateur, des centaines de conquistadors à casque d'or montant, péniblement, dans la boue les flancs de monts ultimes à travers des jungles pluvieuses.
Des voix qui font écho aux vieilles ruelles de Venise, théâtre de maints jeux de masque, aux images d'une jeune fille haletante, fuyant on ne sait quelle ombre, dont les pas agités carillonnent sur les pavés luisants et traversent des cours mystérieuses comme la Corte sconta detta Arcana, au fond desquelles s'ouvrent des portes vers d'autres mondes.
Ou bien un champ de ruines sous une lune incandescente chevauché par des voix démesurées, tel un sombre Requiem pour choeur et orchestre.


Best Of 86

Trois Bandes originales ont été récompensées par onze titres fabuleux :

(4 titres) Mission (The Mission) de Roland Joffé :
- "On Earth As It Is In Heaven"
- "The Mission"
- "Falls"
- "Gabriel's Oboe"

"On Earth As It Is In Heaven" :



(4 titres) La Vénitienne (La venexiana) de Mauro Bolognini :
- "Baci Dopo Il Tramo"
- "Solo Baci"
- "Attesta D'Amore"
- "La Vedova Meno Triste"

"Baci Dopo Il Tramo" :



(3 titres) Contrôle (Il giorno prima) de Giuliano Montaldo :
- "La Scelta"
- "La Decisione"
- "Al Libero Sole"

"La Scelta" :
Modifié en dernier par Revpop le 05 oct. 2020 10:50, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

-- Edit --
J'ai ajouté également dans le Best Of 1975 un morceau de Leonor ("Angela E Valeria AKA Leonor") qui a été réutilisé dans la BO La Venexiana de 1986.
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 87 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 62 minutes : serait-ce son second souffle ?

Il y avait bien longtemps qu'Ennio Morricone, ex-prodigue, ne nous avait pas honoré d'aussi longs et beaux scores.
Les Hominis Morriconus (sic) citeraient en priorité le flamboyant The Untouchables de Brian de Palma, BO dans laquelle Ennio montre toute la diversité de son talent : les marches martiales aussi tranchantes que les yeux gris-acier d'Eliot Ness ("The Strength Of The Righteous","On The Rooftops"), la nostalgie napolitaine d'une certaine mafia ("Al Capone"), la mélancolie de nos amitiés ("Four Friends") et tout se terminant par la cavalcade épique aux tonitruants cuivres hollywoodiens !
Je citerais plus volontiers l'énigmatique The Secret Of Sahara où l'éclat solaire du mirage s'aperçoit plutôt à sa disparition que lors de sa présence. Quel beau thème éponyme ! qu'il soit interprété par une renversante flûte basse ou par la voix fantomatique d' Edda Dell'Orso. Et que dire de "Shalomon", un des plus émouvants morceaux composés par Ennio, toujours la larme à l'oeil quand je l'écoute, la flûte basse ici se fait onirique, envoûtante entrecoupée de silences assourdissants : c'est comme le souffle du sable autour de rien, du vide. Le souffle en Dieu. Un vent ...
Je citerais également la tragique partition du film Mosca addio dans laquelle j'ai choisi quatre variations du même thème : une mélodie mirifique hantée par un glissando glaçant de clavecins puis hantée une autre fois par un glissando de violons vous hérissant le poil ("Ricordo di Mosca"), puis hantée par le bruit sonore & diabolique d'un train, d'un train hurlant qui se dirige vers les camps de la mort ("Viaggio") et pour finir, la lumière au bout du tunnel, le thème se transforme en une épure magistrale au piano solo ("Canzone senza parole") !
On pourrait citer aussi la douce mélancolie de Gli occhiali d'oro, et, au delà des carillons, la morsure des violons tragiques dans une nuit sans étoiles de Rampage.
Mais j'aimerais finir cette playlist comme je l'ai commencée, par la voix irréelle d'Edda Dell'Orso dans la saison 3 de la Piovra.

Best Of 87

Six Bandes originales ont été récompensées par dix-huit titres fabuleux :


(5 titres) The secret of Sahara d’Alberto Negrin :
- "The secret of Sahara"
- "Sholomon"
- "Dance of the Snakes"
- "Dance of the Chess Game"
- "Secret of the Sahara, Pt. 3 - feat. Edda Dell'Orso"

"The secret of Sahara" & "Sholomon" :





(5 titres) Les Incorruptibles (The Untouchables) de Brian De Palma :
- "The Strength Of The Righteous"
- "Al Capone"
- "Four Friends"
- "On The Rooftops"
- "The Untouchables (End Title)"

"The Strength Of The Righteous" :



(4 titres ) Adieu Moscou (Mosca addio) de Mauro Bolognini :
- "Mosca addio"
- "Ricordo di Mosca"
- "Viaggio"
- "Canzone senza parole"

"Mosca addio" :



(2 titres) Les Lunettes d'or (Gli occhiali d'oro) de Giuliano Montaldo :
- "Gli occhiali d'oro"
- "Nora e Davide"

"Gli occhiali d'oro" :



(1 titre) Le Sang du châtiment (Rampage) de William Friedkin :
- "Rampage Pt.2"




(1 titre) La Poivra 3 de Luigi Perelli :
- "Strana bambina"




Une Bande Originale est sortie également cette année :

Les Détracteurs (Quartiere) de Silvano Agosti
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

J'en profite pour ajouter à mon Best Of 66 le morceau oublié de The Bible : le terrifiant, épique et sonore "The Mountain" ! morceau que l'on retrouve sur la B.O. The Secret of Sahara.
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 88 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 43 minutes : un cru plus avare d'émotions que le précédent.

Il se peut qu'Ennio Morricone, en apprenant à la RAI la mort sordide de Jaco Pastorius, violemment battu par un patron de boite de nuit alors qu'il vivait comme un clochard, eût l'idée, quelques semaines plus tard et pour le film de Polanski, de ce solo de basse monstrueux et dévastateur. Durant tout Frantic nous sommes plongés dans une nuit parisienne aux couleurs criardes et acides, une nuit irrespirable jusqu'à la conclusion fatale où se glisse, à l'aurore, le chant mélancolique d'un accordéon.
Il n'y a pas plus éloigné de l'atmosphère acide de ce film que la nostalgie des vieux cinémas sous un soleil éclatant où, jadis, quelques baisers pouvaient être censurés par un projectionniste amoureux de sa profession. Nombreuses scènes à l'ombre desquelles les thèmes distillés sont couleur sépia, tissés de motifs surannés mais qui de temps en temps peuvent êtres secouées de fièvres intenses telle l'incendie du cinéma.
Première rencontre avec Tornatore, par contre avec Bolognini, leurs rencontres ne se comptent plus. Ici Ennio a composé comme thème principal un duo piano & cordes sous le mode d'une conversation de très peu de notes, d'un languissant écho qui se répète ad libitum, une tension de plus en plus intense : c'est comme si de sa bouche un simple souffle pouvait emplir l'univers tout entier.
Il est évident que cette playlist ne pouvait se terminer autrement que par la voix toujours aussi irréelle d' Edda Dell'Orso sur A time of Destiny.


Best Of 88

Quatre Bandes originales ont été récompensées par onze titres fabuleux :

(4 titres) Frantic de Roman Polanski :
- "Warner Bros. Logo - Opening Titles"
- "Frantic Pt.2"
- "Nocture For Michelle"
- "The Paris Project - End Credits"

"Warner Bros. Logo - Opening Titles" et un extrait de "The Paris Project - End Credits" :





(4 titres ) Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore :
- "Nuovo Cinema Paradiso Pt.2"
- "Infanzia E Maturità"
- "Fuga, Ricercare E Ritorno"
- "Cinema In Fiamme (Extended Version)"

"Nuovo Cinema Paradiso Pt.2" :



(2 titres) Gli Indifferenti de Mauri Bolognini :
- "Coperta di Rose"
- "Trionfo d'Amore"

"Coperta di Rose" :



(1 titre) Le Temps du destin (A time of Destiny) de Gregory Nava :
- "Forgiveness"




Une Bande Originale est sortie également cette année :

Gli Angeli del potere de Giorgio Albertazzi
Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop »

Voici la compile du Best Of 89 d'Ennio Morricone; elle dure un peu moins de 90 minutes : comme chaque fin de décennie on n'échappe pas à un très très grand cru.

Ennio Morricone termine les années quatre-vingt en fanfare, mais funèbre sera cette fanfare.
Cette année, les flûtes règnent en reines inconsolables au royaume d'Ennio. Toutes sortes de flûtes, toutes sortes de drames.
Dans Casualties of War, la flûte de Pan traverse comme un grand vent les affres de la guerre, d'une jungle de vert et de glaise, d'où jaillira la douleur inouïe d'un viol.
Que la Beauté est ici insolente !
Dans Tempo di uccidere, c'est la flûte basse qui traverse comme un long sirocco les étendues désertiques sous un soleil éclatant de mille percussions, d'où jaillira une nouvelle fois la douleur inouïe d'un autre viol.
Que la Beauté est ici insolente !
Dans I Promessi sposi, c'est la flûte traversière qui traverse comme un vent de liberté, les plaines lombardes ruinées par la peste pour tenter d' éradiquer ce fléau maléfique.
Souffles de vents, souffles de voix !
Souffles de voix que l'on retrouve dans tous ses films de cette époque, érigés tels des monuments de choeurs antiques, mais figés, tétanisés comme des grands cirques de pierres aux parois abruptes.
La voix la plus tragique, celle d'Edda Dell'Orso dans Fat Man and Little Boy, celle qui peint l'effroyable effroi, proprement inhumain, d'une certaine bombe qui sera lâchée honteusement sur la petite bourgade de Nagasaki.
Qu'il est loin le temps où Ennio, tel un brillant pâtissier, nous concoctait des petites sucreries lounge ...

Best Of 89

Six Bandes originales ont été récompensées par vingt titres fabuleux :

(4 titres) Outrages (Casualties of War) de Brian De Palma :
- "Casualties Of War"
- "The Rape"
- "The Abduction"
- "No Escape"

"Casualties Of War" :



(4 titres) Le Raccourci (Tempo di uccidere) de Giuliano Montaldo :
- "Tempo Di Uccidere"
- "Tempo Di Uccidere (titoli)"
- "Tempo Di Vivace"
- "Tempo Di Amare"

"Tempo Di Uccidere" :



(4 titres) La Mafia 4 (La Piovra 4) de Luigi Perelli :
- "Morte di un giusto"
- "Arresto"
- "Esther"
- "Intimamente-Version II"

"Morte di un giusto" :



(3 titres) Les Maîtres de l'ombre (Fat Man and Little Boy) de Roland Joffé :
- "One Hope"
- "One Thousand Times Love--Love Is Ended"
- "Why Me"

Pas d'extrait de "One Hope" mais voici une version approchante :



(3 titres) I Promessi sposi de Salvatore Nocita :
- "I Promessi Sposi"
- "Gertrude"
- "Addio Monti"

"I Promessi Sposi" :



(2 titres) The Endless Game de Bryan Forbes :
- "The Endless Game (alt. take 4)"
- "Alec's Journey Pt.2"

"The Endless Game (alt. take 4)" :
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 12 extraterrestres