R.I.P. Ennio Morricone

ils nous ont quittés

Funky admins : Wonder B, funkiness

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 12 sept. 2020 08:49

Voici la compile du Best Of 78 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 89 minutes : ce sera une année phare dans sa carrière.

Effectivement l'année de la Cage aux folles est une des années les plus fructueuses d'Ennio Morricone; est-ce du à la qualité du film de Molinaro ? Non je ne le pense pas, c'est plutôt l'arrivée en force du monde de la télévision (RAI) qui a donné carte blanche à son génie.

Au delà de la correspondance avec la séquence de l'incendie dans les Moissons du ciel, une montée flamboyante d'adrénaline sans précédent sur plus de sept minutes, Ennio n'a pas cessé cette année d'allumer des feux de toutes sortes. Les feux de l'amour avec ces langoureuses variations sensuelles dans L’immoralità, des notes de piano qui finissent et jaillissent comme des feux de Bengale, ou comme dans Cosi Come Sei où les piano, guitare, flûte - solistes de génie - se lovent autour de la mélodie tel le serpent licencieux autour d'une branche d'or. Il y a les voix surnaturelles, inhumaines, renversantes dans le téléfilm inconnu Noi lazzaroni qui s'élèvent bien au delà du thème musical comme la voix du feu. Et puis les feux de la mafia qui s'éteignent, la fin d'une dynastie, sur une longue plainte mélancolique qui n'en finit jamais dans Corleone.
Du feu au soleil, la transition est facile, Ennio nous concocte également quelques éclats & sourires de Bossa Nova que l'on retrouve dans un documentaire sportif (Invito Allo Sport) et la cage aux folles. Et pour terminer on rira à gorge déployée sur "Laringomania" dans Dove vai in vacanza? !
Quel parcours parcouru le long de cette année dantesque !

Best Of 78

Onze Bandes originales ont été récompensées par vingt-quatre titres fabuleux :

(4 titres) L’immoralità de Massimo Pirri :
- "Perche Simona"
- "La Voliera Vuota"
- "E Domani"
- "L’immoralità Pt.2"

"Perche Simona" :



(3 titres) Les Moissons du ciel (Days of Heaven) de Terrence Malick :
- "The fire"
- "Threshing"
- "Harvest"

"The fire" :



(3 titres) Noi lazzaroni de Giorgio Pelloni :
- "Tema popolaresco"
- "Tema borghese"
- "Musica di strada n. 2"

"Tema popolaresco" :



(3 titres) Corleone (The Father of the Godfathers) de Pasquale Squitieri :
- "Addio a Palermo"
- "Addio al Figlio"
- "Alla Donna"

"Addio a Palermo" :



(3 titres) La Fille (Cosi' come sei) d'Alberto Lattuada :
- "A Nastassia Pt. 2"
- "Preludio D'Amore"
- "Cosi Come Sei Pt.5"

"A Nastassia Pt. 2" :



(2 titres) Invito allo sport de Folco Quilici :
- "E Finalmente"
- "Staffetta per Due"

"E Finalmente" :



(2 titres) Il Prigioniero d’Aldo Lado :
- "l'estate e' finita"
- "l'estate e' finita Pt.2"

"l'estate e' finita" (version courte) :



(1 titre) Le Mani sporche d’Elio Petri :
- "Nostalgia dei ricordi"




(1 titre) One Two Two, 122, rue de Provence de Christian Gion :
- "One two two"




(1 titre) La Cage aux folles d'Édouard Molinaro :
- "Una Strana Coppia"




(1 titre) Où es-tu allé en vacances ? (Dove vai in vacanza, film à sketches - épisode Je serais à toi) de Mauro Bolognini :
- "Laringomania"




Une Bande Originale est sortie également cette année :

Drammi Gotici de Giorgio Bandini (Séries TV)



Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 12 sept. 2020 08:50

Et comment va se comporter l'année suivante ? Prolifique, toujours ...

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 12 sept. 2020 08:51

Voici la compile du Best Of 79 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 78 minutes : où l'on constate que même à la fin des années 70, Ennio est aussi prolifique que créateur.

1979, dernière année des seventies, c'est le merveilleux voyage avec Ennio qui continue, voyage aux mille sensations, aux mille impressions.
- L'érotique Dedicato al mare Egeo y remporte la palme : une jeune femme au visage de porcelaine habillée d'un kimono jaune lacéré d'un coup d'archet vengeur, des gémissements féminins dodécaphoniques, un saxo furieux digne de Sonny Rollins et un disco funk orgiaque sous les sunlights.
- L'angoissant I... comme Icare : une envolée de clavecins innocents qui fuit dans les couloirs des arcanes du pouvoir.
- L' oppressant Il giocattolo : la petite musique d'une multitude de jouets mécaniques aussi terrifiante qu'un coeur qui bat dans le noir.
- Le printanier Il prato : entre l'ombre et la lumière, le son somptueux d'une flute au-dessus des herbes hautes et ruisselantes d'une pluie d'orage, jusqu'à une sarabande folle de milliers de flûte telle une bacchanale énivrante.
- L'ingénue Viaggio con Anita : retour de la Dolce Vita, les loggias sont noyées de soleil et une contrebasse ronde et lourde aux échos infinis les traverse. Renversant.
- Le terrifiant Bloodline : Un tempo d'effroi dans la nuit où les stacattos de violons telle une bande d' Hells angels déferlent sur les âmes apeurées.
- Windows : une mélodie sublime menée par le tic-tic d'un clavecin, enrobée par des cordes onctueuses et le souffle luxuriant d'une trompette Bacharach.
- Buone notizie : bienvenue ici à la fanfare pittoresque et bariolée aux effluves balkaniques.
- Le "Debora" de "Il ladrone" : un dernier hommage aux morceaux lounge de la fin des années soixante. De la classe et brillantissime.


Best Of 79

Neuf Bandes originales ont été récompensées par vingt-quatre titres fabuleux :

(5 titres) Retour à la mer Égée (Dedicated to the Aegean sea/Dedicato al mare Egeo) de Masuo Ikeda :
- "Dedicato al mare Egeo"
- "Un sogno al sole"
- "Vedere e non sapere"
- "Un grido"
- "Tre per tre"

"Dedicato al mare Egeo" :



(4 titres) I... comme Icare de Henri Verneuil :
- "Icare Pt.2"
- "I comme Icare (Générique de fin)"
- "La vérité et le soleil (Générique)"
- "Sentimental"

"Icare Pt.2" :



(3 titres) Un jouet dangereux (Il giocattolo) de Giuliano Montaldo :
- "Una tenera moglie Pt.2"
- "Un uomo semplice"
- "Finale e titoli di coda"

"Una tenera moglie Pt.2" :



(3 titres) Le Pré (Il prato) de Paolo et Vittorio Taviani :
- "Il Prato (1)"
- "Troppa Luce, Troppa Ombra (1)"
- "La Grande Zampogna e Il Piccolo Flauto"

"Il Prato (1)" :



(3 titres) Voyage avec Anita (Viaggio con Anita) de Mario Monicelli :
- "Sorridimi, sorridimi"
- "Viaggio con anita"
- "Sull'amaca"

"Sorridimi, sorridimi" :



(2 titres) Liés par le sang (Bloodline) de Terence Young :
- "Pills On Parade (Original Version)"
- "No Accident!"

"Pills On Parade (Original Version)" :



(2 titres) Fenêtres sur New York (Windows) de Gordon Willis :
- "A Terrific View"
- "End Titles"

"End Titles" :



(1 titre) Bonnes Nouvelles (Buone notizie) d'Elio Petri :
- "Buone notizie"




(1 titre) Le Larron (Il ladrone/The Good Thief) de Pasquale Festa Campanile :
- "Debora Pt.3"




Quatre Bandes Originales sont sorties également cette année :

Opération Ogre (Ogro) de Gillo Pontecorvo
Dietro il Processo de Franco Biancacci
L'Humanoïde (L’umanoide/The humanoid) d'Aldo Lado
Orient-express de Daniele d’Anza, Marcel Moussy, Bruno Gantillon

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 12 sept. 2020 08:51

A l'orée des années 80, c'est le temps des bilans : depuis le début de la carrière d'Ennio, près de 250 BO écoutées, 154 retenues dans ce Best Of et 324 titres compilés !

Après les magiques sixties et les royales seventies, comment vont se comporter les eighties ?

Avatar du membre
Wonder B

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Wonder B » 12 sept. 2020 09:24

Revpop a écrit :
12 sept. 2020 08:51
A l'orée des années 80, c'est le temps des bilans : depuis le début de la carrière d'Ennio, près de 250 BO écoutées, 154 retenues dans ce Best Of et 324 titres compilés !
Moi qui suis un très grand fan d'Ennio, je reste stupéfait par l'immensité de son œuvre et le travail de Romain ( image appropriée !) que tu as effectué Revpop !!!

Compiler, choisir et poster tous ces titres, vraiment un grand coup de chapeau Revpop !!! {resp@ct# {resp@ct# {resp@ct#
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 13 sept. 2020 11:19

Voici la compile du Best Of 80 d'Ennio Morricone; elle dure un peu moins de 73 minutes : où l'on constate qu'Ennio est parti sur des bases aussi stratosphériques que les décennies précédentes.

Comme une aurore fulgurante, 1980 s'ouvre sur l'un des plus beaux thèmes d' Ennio échappé de la Banquière. J'ai choisi de commencer par le duo piano/violon, nu et magique, où l'archet foudroie la mélodie soutenue par les notes au bord des larmes du piano, le visage de Romy nous apparait là tel un mirage, puis, en enchainant, survient l'escadron des cordes qui, sur l'incontournable "Dedica", emporte tout dans la haute stratosphère .
Après il faut savoir redescendre, mais Ennio, le magicien, sait faire pour rester dans l'excellence : une partition piano jazz soulevée par des cordes hollywoodiennes ou brisée par un éclat de stridences expressionnistes (Il bandito dagli occhi azzurri), une marche au tempo spartiate suivie d'un morceau jazz-rock gorgé de lave brûlante (Si salvi chi vuole), une déferlante de sons et de rythmes de plus de sept minutes combinant le pointillisme de Indagine su un cittadino al di sopra di ogni sospetto et les rugissements de Un uomo da rispettare (Uomini e no); on entend la désespérance des cordes sur une plage de sable vénitienne de la belle époque (Professione figlio), un concerto de gouttes de piano glissant sur la peau diaphane de la dame aux camélias, le sifflement divin qui dodeline les têtes et attire les rayons du soleil (Un sacco bello) etc etc ...


Best Of 80

Dix Bandes originales ont été récompensées par vingt-deux titres fabuleux :

(4 titres) La Banquière de Francis Girod :
- "La Banchiera"
- "Dedica"
- "Rivelazione Pt.2"
- "Amorosamente Scherzoso"

"La Banchiera" :



(3 titres) Le Bandit aux yeux bleus (Il bandito dagli occhi azzurri) d'Alfredo Giannetti :
- "Città Viva"
- "Per Dalila"
- "Stranamente Un Giorno"

"Città Viva" :



(3 titres) Si salvi chi vuole de Roberto Faenza :
- "Si Salvi Chi Vuole"
- "Nella Casa Borghese"
- "Colpi Di Piume e Tempesta"

"Si Salvi Chi Vuole" :



(2 titres) Uomini e no de Valentina Orsini :
- "Amara Repressione"
- "Nel Dramma, Un Amore"

"Amara Repressione" :



(2 titres) Professione figlio de Stefano Rolla :
- "Professione figlio"
- "Alba seconda"

"Professione figlio":



(2 titres) La Dame aux camélias (La vera storia della camelie) de Mauro Bolognini :
- "Passacaglia"
- "Amori senza amori"

"Passacaglia" :



(2 titres) Un sacco bello de Carlo Verdone :
- "Un Sacco Bello (Titoli Di Coda)"
- "Tema Di Marisol Pt.8"

"Un Sacco Bello (Titoli Di Coda)" :



(2 titres) Stark System d'Armenia Balducci :
- "Stark system"
- "Tango grottesco"

"Stark system" :



(1 titre) Il pianeta d’acqua de Carlo Alberto Pinelli :

- "Acqua-Viva"


(1 titre) L'Île sanglante (The Island) de Michael Ritchie :
- "Island Magic"




Une Bande Originale est sortie également cette année :

La Cage aux folles 2 d'Édouard Molinaro
Modifié en dernier par Revpop le 13 sept. 2020 13:14, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 13 sept. 2020 11:21

L'année 81 : je mise tout sur le score Les Fesses à l'air du surdoué d'Andrew Bergman. Pas vous ?

Wonder B a écrit :
12 sept. 2020 09:24
Compiler, choisir et poster tous ces titres, vraiment un grand coup de chapeau Revpop !!!
Merci pour cet encouragement Wonder B !
Effectivement c'est un gros travail crevant mais tout aussi enrichissant vu le gouffre sans fin que représente l'oeuvre d'Ennio.
Chaque année me demande entre trois et quatre jours de travail. La phase 1 est toujours la plus pénible car elle consiste à tout écouter en diagonale (entre 10 et 20 BO) et à éliminer le non-essentiel; après cet écrémage au tamis à grosses mailles, il reste généralement 60 à 70 morceaux. Et le reste du travail, cette fois-ci passionnant, est d'arriver à la crème de la crème (amha) en écoutant une dizaine de fois chaque thème, en faisant très attention à la cohérence de l'enchainement des titres : agencer les genres les plus disparates, répartir les tempo et les ambiances, choisir les variations qui font sens etc ...
Et à chaque fois, la playlist finie, c'est un véritable bonheur qui s'installe et je n'ai plus qu'une hâte c'est de passer à l'année suivante !

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 16 sept. 2020 11:20

Voici la compile du Best Of 81 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 54 minutes : grosse chute de tension après quelques années de gabegie créatrice si l'on peut s'exprimer ainsi.

1981, à l'arrivée en France des rouges socialistes au pouvoir, Ennio perd ses repères, sa boulimie devient anorexique, sa légendaire qualité se lézarde tel un mur, il ne sait plus mixer le son d'une batterie qui ressemble de plus en plus au doum doum d' une marche éléphantesque, même Christophe Lemaire, le pape de la série B, perd ses repères en désignant On m'appelle Malabar comme étant son meilleur score de l'année.
Toutefois il faut savoir reprendre ses esprits et relativiser car même perdu Ennio nous sort de son cerveau enfumé encore quelques chefs-d'oeuvre.
De plus la production française est ici à l'honneur, comme cela est le fait depuis plusieurs années, certains diront, francophobes, que ce fut le début de la décadence. Sur la plus haute marche nous trouvons Espion, lève-toi, BO aussi stressante, libérant une angoisse primale, que travaillée comme un bijoutier, mais également le Professionnel avec ses incontournables "Le Retour" et surtout "Le Vent, le Cri", avec lequel nous sommes littéralement noyés de variations, ayant, moi, choisi de faire suivre deux variations (la III et la XIII) sans une once de batterie éléphantesque et faisant languir l'auditeur en retardant le plus possible l'arrivée de ses sacrés et satanés violons.
Mais il y a aussi des mélodies impossibles, venues d'ailleurs, des ambiances divines à vous foutre la chair de poule : la suite "Barbara" dans La Tragédie d'un homme ridicule en sera l'acmée !


Best Of 81

Six Bandes originales ont été récompensées par seize titres fabuleux :

(4 titres) Espion, lève-toi d'Yves Boisset :
- "Marche en la"
- "Espion, leve-toi (interlude)"
- "Espion, leve-toi (final)"
- "Mélodie pour Anna (version album)"

"Marche en la" :



(3 titres) Le Professionnel de Georges Lautner :
- "Le Vent, le Cri - Variation III"
- "Le Vent, le Cri - Variation XIII"
- "Le Retour - On the Name of Bach"

"Le Vent, le Cri - Variation III"& "Le Vent, le Cri - Variation XIII"





(3 titres) La Désobéissance (La Disubbidienza) d'Aldo Lado :
- "Morire e Viverti"
- "Il Colore Dei Suoi Occhi"
- "La Disubbidienza (Source #1)"




(3 titres) La Tragédie d'un homme ridicule (La tragedia di un uomo ridiculo) de Bernardo Bertolucci :
- "La tragedia di un uomo ridicolo"
- "Pour Barbara"
- "Ancora pour Barbara"

"La tragedia di un uomo ridicolo" :



(2 titres) Butterfly de Matt Cimber :
- "Main Title"
- "Hot Tin Tub"

"Main Title" :



(1 titre) On m'appelle Malabar (Occhio alla penna/Buddy goes West) de Michele Lupo :
- "Non Fare L'indiano"




Deux Bandes Originales sont sorties également cette année :

Bianco, rosso e verdone de Carlo Verdone
Les Fesses à l'air (So fine/Jeans dagli occhi rosa) d'Andrew Bergman

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 16 sept. 2020 11:29

J'ai la désagréable impression que l'année suivante va nous faire frisonner d'effroi, brrr....

@Foxy Bronx, @Jean et @Wonder B, je parlais dans le précédent post de Christophe Lemaire, c'est du fait qu'il a commis le crime (ou rédigé la bible, à vous de voir) en écrivant, il y a quinze ans, la critique de quelques 200 BO de Morricone dans le fanzine Opus n°21 de chez Leitmotiv ! Indispensable à tout fan d'Ennio ...

Avatar du membre
Wonder B

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Wonder B » 17 sept. 2020 09:52

Alors va falloir que je trouve un moyen de lire çà ! :lol:
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 17 sept. 2020 11:41

Dans un autre forum, on vient de me signifier que le Christophe Lemaire qui a rédigé de façon talentueuse les 200 chroniques est un homonyme de celui qui a sévi dans Mad Movies ou dans Rock & Folk !
N'empêche que ce Christophe a du talent à revendre !

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 22 sept. 2020 11:32

Voici la compile du Best Of 82 d'Ennio Morricone; elle dure un peu plus de 76 minutes : foisonnant du à la rencontre du soleil d'Orient et des froids antarctiques.

L'année 1982 est marquée au fer rouge par Marco Polo, série TV de la RAI de huit épisodes : la rencontre de Venise et de la muraille de Chine dans un score où l'aventure de la soie est galvanisée par des orchestrations luxuriantes, une mélancolie secrète qui s'égrène tout le long du voyage, des thèmes contemplatifs qui font flamboyer les Orients.
Mais cette année est aussi hantée par d'autres paysages, ceux intérieurs comme White Dog ou Extrasensorial dans lesquels la musique la plus sublime valse avec les pulsions de mort les plus horribles, ceux nostalgiques comme Le Ruffian, une ode aux contrées sauvages peuplées de mirages, et pour finir par des paysages horrifiques faits de glace et d'inconnu où la chose vous glace de son regard !


Best Of 82


Sept Bandes originales ont été récompensées par dix-neuf titres fabuleux :

(5 titres) Marco Polo de Giuliano Montaldo :
- "Marco Polo (Titoli)"
- "Tema Di Marco (Ritorno Verso Casa)"
- "Recordo Della Madre"
- "Verso l'oriente (Viaggio)"
- "La leggenda della grande muraglia"

"Marco Polo (Titoli)" & "Tema Di Marco (Ritorno Verso Casa)" :





(3 titres) Dressé pour tuer (White Dog) de Samuel Fuller :
- "Death of a Dog"
- "Protected Attack"
- "The Girl and the Dog"

Pas trouvé la bonne version sur le net. Néanmoins voici la plus approchante, "Death of a Dog/End Titles" :



(3 titres) The Link (Extrasensorial) d'Alberto De Martino :
- "The link"
- "Macabre waltzer"
- "Through his eyes"

"The link" :



(2 titres) Le Ruffian de José Giovanni :
- "Western"
- "Ricordo Rosa (Sulla Torre Eiffel)"

"Western" :



(2 titres) A Time to Die de Matt Cimber :
- "The Third Day At Dusk"
- "A Time To Die"

"A Time To Die" :



(2 titres) La Pourpre et le Noir (The Scarlet and the Black) de Jerry London :
- "Rome 1942, open city"
- "Finale"

"Rome 1942, open city" :



(2 titres) The Thing de John Carpenter :
- "Sterilization"
- "Humanity Part 1"

"Sterilization" :



Une Bande Originale est sortie également cette année :

Le Trésor des quatre couronnes (Treasure of the four crowns) de Ferdinando Baldi

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 22 sept. 2020 11:58

L'année suivante aura t-elle droit à d'aussi beaux paysages imaginaires ?

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 24 sept. 2020 21:21

Voici la compile du Best Of 83 d'Ennio Morricone; elle dure un peu moins de 53 minutes : peut-être un moment de pause avant la Grande Oeuvre.

Après l'ambiance exotique "Rêve dans le pavillon rouge" de la BO Marco Polo, cette année est traversée par une suite de symphonies pour cités violentes, où des thèmes sombres, crépusculaires, sont propulsés par des basses monstrueuses, des chocs de batterie tels des coups de tonnerre, des synthés d'outre-tombe et des cordes stridentes qui cisaillent le ciel d'orage. Ce chaos envahit l'atmosphère sulfureuse et se déverse dans les rues de la ville, pleine d'ombres et de fureurs, avec Ennio Morricone comme chef d'orchestre (Copkiller, Les Voleurs de la nuit, Le Marginal).
Vous trouverez aussi un calque de David Bowie période Heroes plus vrai que jamais ("Forecast") pour illustrer une certaine idée de décadence fin de siècle. Heureusement Ennio, c'est son secret, nous a concocté quelques havres de paix, quelques oasis de sensualité, aussi délicieux que romantiques.
(Pour compléter, Ennio a même commis un de ses plus mauvais scores, le nanar Hundra ! grosse machine hollywoodienne pleine de cuivres pétaradants et de choeurs mélodramatiques !)


Best Of 83

Six Bandes originales ont été récompensées par quatorze titres fabuleux :

(4 titres) À couteau tiré (L'assassino dei poliziotti/Copkiller) de Roberto Faenza :
- "Sinfonia d'una città Pt.1"
- "Sinfonia d'una città Pt.2"
- "Copkiller"
- "Sinfonia d'una città Pt.4"

"Sinfonia d'una città Pt.1" :



(4 titres) Les Voleurs de la nuit (Thieves After Dark) de Samuel Fuller :
- "Lancinant For Two (Deadly Conclusion)"
- "Theme Of Young Lovers"
- "Unconscious Happiness"
- "Thieves After Dark (End Title)"

"Theme Of Young Lovers" :



(2 titres) Le Marginal (Professione poliziotto/The Outsider) de Jacques Deray :
- "Le Marginal"
- "Forecast"

"Le Marginal" :



(2 titres) Sahara d'Andrew V. McLaglen :
- "Sahara (end credits) [alternate version]"
- "Memories of father"

"Sahara (end credits) [alternate version]" :



(1 titre) Nana, le désir (Nana, la vera chiave del piacere/Nana) de Dan Wolman :
- "Serenade for satin"

Pas d'extraits sur la toile.

(1 titre) La Clé (La Chiave) de Tinto Brass :
- "Da Vienna a Vienna (1a versione)"




Une Bande Originale est sortie également cette année :

Hundra de Matt Cimber.
Modifié en dernier par Revpop le 25 sept. 2020 21:37, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Revpop

Re: R.I.P. Ennio Morricone

Message par Revpop » 24 sept. 2020 21:56

Chut ! silence, mes amis, la porte se ferme doucement sur l'antre sombre du Maestro où seule une lampe éclaire, à peine, la partition sur laquelle le mot America figure en lettres toutes tremblantes. Chut ! On tourne ...

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Ennio Morricone – Il Diavolo Nel Cervello
    par FoxyBronx » 04 déc. 2011 23:44 » dans Italian Beats
    3 Réponses
    4247 Vues
    Dernier message par FoxyBronx
    31 déc. 2011 18:10
  • Ennio Morricone & Gino Marinuzzi – Matchless
    par FoxyBronx » 12 juil. 2012 22:09 » dans Italian Beats
    0 Réponses
    4198 Vues
    Dernier message par FoxyBronx
    12 juil. 2012 22:09
  • Ennio Morricone – Gli Occhi Freddi Della Paura
    par FoxyBronx » 31 déc. 2011 11:44 » dans Italian Beats
    1 Réponses
    3806 Vues
    Dernier message par Revpop
    31 déc. 2011 15:20

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 12 extraterrestres