Curtis Mayfield – Short Eyes

Funky admins : Wonder B, funkiness, FoxyBronx

Répondre
Avatar du membre
Danny Wilde

Curtis Mayfield – Short Eyes

Message par Danny Wilde » 16 juin 2020 20:16

CURTIS MAYFIELD, JAILHOUSE SOUL.

Curtis Mayfield ‎– Short Eyes - The Original Picture Soundtrack (Curtom ‎CU 5017, 1977)

Image

Titres

A1 Do Do Wap Is Strong In Here 5:28
choeurs : Mystique
A2 Back Against The Wall 6:34
A3 Need Someone To Love 3:11
A4 A Heavy Dude 4:07

B1 Short Eyes - Freak, Freak, Free, Free, Free 5:40
B2 Break It Down 4:17
compositeurs H. P. Denenberg, Martin Hirch
B3 Another Fool In Love 3:20
B4 Father Confessor 2:40

Crédits

Curtis Mayfield : guitare principale, chant
Alfonso Surrett, LeRoy Hutson, Ricki Linton : choeurs
Gary Thompson : guitare rythmique
Joseph Scott : basse
Donnell Hagan : batterie
Floyd Morris : claviers
Rich Tufo : claviers, arrangements des claviers
"Master" Henry Gibson : bongos, congas

Sol Bobrov : direction des cordes
Lenard Druss : direction des cuivres
Toutes les compositions sont de Curtis Mayfield sauf "Break It Down"

Producteur : Curtis Mayfield

Curtis Mayfield a toujours apporté un soin particulier à ses bandes originales de films qui, à ce titre, figurent toutes parmi ses plus grands succès commerciaux, Super Fly en premier lieu bien évidemment. Toutes ? Non ! Car l'une d'entre elles résiste encore et toujours à la reconnaissance des plus avertis, considérée trop souvent comme secondaire dans la discographie pléthorique de Monsieur Mayfield, quand elle n'est pas reléguée au rang de simple curiosité sonore.

"Short Eyes" a tout de l'album maudit. D'une part, il traite d'un sujet difficile (la survie en milieu carcéral) en décalage total avec une Amérique s'essayant alors aux chemises en polyester brillantes sur les dancefloors disco. D'autre part, son compositeur lui consacra un important investissement artistique et financier dont il ne fut pas payé de retour (l'album, sans morceau évident dont on fait les tubes et plombé par l'échec commercial du film, fut un bide notoire), ce qui précipita la chute de la maison Curtom Records.

Pour autant, cet opus, aux plages musicales infiniment riches et variées, aux arrangements éblouissants et qui contient certaines des parties de guitare les plus incisives de Curtis, mérite de trôner très haut sur l'estrade des albums essentiels du maître de la Chicago-Soul pourtant peu avare de chefs-d’œuvre musicaux.

Curtis y est accompagné de Gary Thompson à la guitare rythmique qui travaille avec lui depuis 1975, du réputé pianiste-clavériste de jazz Floyd Morris, ami de Johnny Pate et de Oscar Brown Jr., du génial arrangeur Richard Tufo qui ne quitte plus Curtis depuis "Back To The World", des fidèles Joseph "Lucky" Scott et Master Henry Gibson que l'on ne présente plus, de Donnell Hagan qui assuré la batterie de "Never Say You Can't Survive" et de l'album "Leroy" de "Leroy Hutson", dudit Leroy Hutson (tiens, tiens...) qui assure de formidables chœurs avec Ricky Linton, Alfonso Surrett et le groupe Mystique.

Mais ouvrons sans plus tarder les portes du pénitencier mayfieldien :

- Do Do Wap is Strong in Here, funk au groove et aux paroles sans concession, dont la guitare mord comme un crotale. Un classique que l'on retrouve dans bon nombre de compilations dédiées au grand homme et qui n'aurait pas dépareillé sur "Back To The World". A l'orgie rythmique savamment maîtrisée de l'ensemble, le duo Mayfield-Tufo y ajoute des cordes venant appuyer juste ce qu'il faut l'intensité vrombissante de la chanson. Le gimmick vocal "Hmm Hmm" ponctuant chaque phrasé de Curtis en première partie de morceau est un régal.




- Back Against The Wall, où le falsetto habituellement angélique de Curtis se mue en un fausset quasi anxiogène dans un morceau aussi sombre que magnifique. Une intro qui fend le cœur, une mélodie inspirée, à couteaux tirés, qui prend tout son temps pour se déployer, des arrangements exquis, des chœurs masculins trempés dans de la sève de soul, la putain de batterie de Donnell Hagan qui emporte le morceau dans un final haletant et surtout, surtout des solos de guitare acérés comme jamais.




- Need Someone To Love, le morceau pétillant de l'album, presque joyeux, d'où jaillissent des chœurs finement ourlés se révélant pour la cohésion de la chanson tout aussi importants que le chant de Curtis.




- Heavy Dude, funk groovy porté par la basse bien lourde de Joseph "Lucky" Scott et les percussions à la subtilité diabolique de Master Henry Gibson. Le morceau joue habilement du contraste entre une rythmique ultra syncopée et un refrain lyrique où les chœurs mènent un dialogue aérien avec les aigus pugnaces de Curtis.




- Short Eyes/Freak, Freak, Free, Free, Free, morceau éponyme de l'album doublé d'un instrumental sur lequel la guitare et les percussions font des merveilles. On retrouve ici tout le génie et la science de Curtis pour lier mélodie, groove et orchestration en un unisson musical parfaitement construit et équilibré, qui ne verse jamais dans la démonstration. Chant, accompagnement vocal, guitare, section rythmique, clavier, cordes, cuivres et mille petites autres subtilités orchestrales, tout est divinement en place, aéré, admirablement dosé, toute en puissance retenue. La transition entre les deux morceaux est idéalement amenée par un fondu enchaîné rythmique dominé par les percussions de Maître Gibson. Le final ne sonne pas du tout 1977 mais bien Blaxploitation 1972.




- Break It Down, le moment de grâce absolue de l'album, paradoxalement le seul morceau non crédité à Curtis. La mélodie est complexe mais d'une beauté désarmante, le tout servi par des arrangements acoustiques (clavier et guitare notamment) d'une délicatesse inouïe. Curtis n'aura peut-être jamais chanté d'une manière aussi poignante, nous transportant dans des abîmes de détresse teintés de soubresauts d'espoir. Du nectar de miel.




- Another Fool In Love, Curtis Lee Mayfield, profession : sculpteur de soul.




- Father Confessor, instrumental très original dans la discographie de Curtis, découpé en petites scénettes pastorales où roule le tonnerre. Les cordes élégiaques, guitares en tête, y prennent des accents de rédemption pour clore l'album sur une note d'apaisement. Comme un écho à la beauté de "Break It Down".



Le dernier grand album de Curtis Mayfield.



Avatar du membre
Revpop

Re: Curtis Mayfield, la chanson de Sing Sing

Message par Revpop » 16 juin 2020 20:22

Je ne dirais qu'un mot : BRAVO ! :afro:
De plus la flèche va droit au coeur : je ne connaissais pas cet album. Shame on Me. :(

Avatar du membre
Revpop

Re: Curtis Mayfield, la chanson de Sing Sing

Message par Revpop » 16 juin 2020 21:27

Je viens juste de l'écouter et je ne suis pas loin de penser comme Danny Wilde. En tout cas quatre chefs d'oeuvre : les deux premiers titres de chaque face. A ré-écouter d'urgence en sachant qu'il figurera déjà dans mon Best Of 77.
Autre chose à dire et à redire : c'est la qualité de ce post. Tout y est : des faits, des histoires, des émotions musicales décrites comme rarement, au hasard "nous transportant dans des abîmes de détresse teintés de soubresauts d'espoir" ...
Chapeau Bas, Danny !

Avatar du membre
Wonder B

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Wonder B » 17 juin 2020 09:27

Seul Danny Wilde, self made man issu des faubourgs miséreux de NYC, devenu riche dans le pétrole, amateur de petites pépées et de Ferrari Dino pouvait nous concocter cette excellente chronique du (effectivement) dernier grand album de Curtis...
Thanks Danny
Signé : Lord Brett Sinclair
Sworn to fun
Loyal to none

Muff

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Muff » 17 juin 2020 10:30

Merci Danny Wilde pour cette chronique saisissante.

Il était temps de remettre "Short Eyes" à la place qu'il mérite dans la discographie de l'immense Mayfield.

C'est fait et bien fait. J'ai écouté de nombreuses fois cet album mais dès la lecture terminée de ta chronique j'ai machinalement relancé dans le désordre un petit "Back Against the Wall" puis dans la foulée le "Short Eyes Freak Free Free". Puis j'ai enchainé sur "Another Fool In Love" puis pour finir "Break It Down"

Allez j'arrête là sinon je passerai trop de temps à écrire ce message plutôt que d'aller à l'essentiel : écouter Curtis Mayfield.

Curtis devrait être remboursé par la sécu.

M(usicians)U(nited)F(or)F(unk)

Avatar du membre
Revpop

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Revpop » 17 juin 2020 20:16

Muff a écrit :
17 juin 2020 10:30
Curtis devrait être remboursé par la sécu.
Phrase du jour !

Avatar du membre
Danny Wilde

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Danny Wilde » 18 juin 2020 20:01

Merci Gentlemen !

Muff

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Muff » 19 juin 2020 16:02

J'avoue ne pas avoir encore bien capté le fonctionnement du site mais tant pis je ne résiste pas, même si vous connaissez déjà :-)

J'ai découvert il y a peu un "faux concert" Live de Mr Mayfield enregistré sur un fond vert du meilleur effet, il me semble en Allemagne, pour les sessions Beat Club 1972.

J'ai pensé de suite à ce fameux album Live ! de 1971 assez comparable, et qui est d'après moi un des musts de Curtis. En dehors d'être une bête de studio il est également une pointure sur scène...

Ils sont tous exceptionnels mais je mets une "mention spéciale" à ce satané Master Henry Gibson

Bref pour ceux qui ont Face de chèvre vous pouvez accéder à ce live en 2 parties, aussi rare que bon :




Avatar du membre
Revpop

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Revpop » 19 juin 2020 16:23

Superbe, ce témoignage Live, d'autant plus que les images et le son sont fabuleux !

@Muff : ce genre de post il faut le mettre dans la section : Funk School / DVD, vidéos, doc, photos

C'est pas grave, un des administrateurs va le changer de place.

Muff

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Muff » 19 juin 2020 16:42

Merci Revpop :-)

Avatar du membre
Danny Wilde

Re: Curtis Mayfield - Short Eyes la chanson de Sing Sing

Message par Danny Wilde » 19 juin 2020 19:24

Mille mercis Muff pour le partage de cette prestation télévisuelle vraiment exceptionnelle. Le quintet magique mayfieldien y est survitaminé !!!

Effectivement, on y retrouve une grande partie des partitions du faramineux "Curtis/Live !" ;). La setlist est enrichie par la parution entre-temps des albums "Roots" ("We've Gotta Have Peace" et "Keep On Keeping On") et "Time Have Changed" des Impressions (expliquant ainsi la reprise de "Inner City Blues").

Avatar du membre
funkiness
Site Admin

Re: Curtis Mayfield – Short Eyes

Message par funkiness » 22 juin 2020 00:01

Fantastique topic ! {resp@ct#
Qui nous rappellent les nombreux manques

En principe, le sujet devrait aller dans Soul Cinema. Pas d'objection à ce que je déplace?
funkiness brings you funk and happiness

Avatar du membre
Wonder B

Re: Curtis Mayfield – Short Eyes

Message par Wonder B » 22 juin 2020 11:11

funkiness a écrit :
22 juin 2020 00:01
En principe, le sujet devrait aller dans Soul Cinema. Pas d'objection à ce que je déplace?
Oui pour une B.O. ce serait sans doute approprié
Sworn to fun
Loyal to none

Avatar du membre
Revpop

Re: Curtis Mayfield – Short Eyes

Message par Revpop » 22 juin 2020 11:52

Wonder B a écrit :
22 juin 2020 11:11
Oui pour une B.O. ce serait sans doute approprié
Yes, juste à portée de main de son chef d'oeuvre ultime Superfly !

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 3 extraterrestres